Articles

Nouveau CANON EOS 650D, premières impressions …

Je dois l’avouer, je ne m’étais jamais intéressé à cette gamme de produit que ce soit chez Canon ou Nikon, n’ayant jamais touché à un 550d ni à son successeur le 600D. Appelé Rebel T4i outre atlantique les spécification de ce nouveau né de la marque rouge est vraiment prometteur. Tout d’abord la finition et les premières sensations au toucher sont plutôt bonne, c’est cette pas les revêtements des gammes pro ou plus haut de gamme mais ça tiens vraiment la route. Mis à part le viseur qui fait un poil étriqué pour mon oeil exigeant dans le domaine j’ai vraiment apprécié la prise en main et les sensations à l’utilisation. J’ai eu l’extrême honneur de pouvoir poser mes papattes velues sur ce boitier quelques minutes chez Canon France et je les en remercie.
Considérer mon modeste blog et me présenter ainsi des nouveaux produits en avant première est une marque de reconnaissance qui fait chaud au coeur, vous êtes nombreux à lire mes lignes et c’est aussi grâce à vous tous que mon petit blog à pris cette ampleur qui me permet aujourd’hui ce genre de considération de la part de constructeur comme Canon, alors je me dois de vous remercier vous tous fidèles parmi les fidèles.

 

Revenons à nos pixels, une des grosses nouveautés sur ce boitier c’est le fait de la présence d’un AF continu actif en vidéo. Pour ce faire Canon annonce une nouvelle série d’optiques dédiées à cette fonctionnalité. Cette nouvelle fonctionnalité rajoute un petit suffixe au nom de l’optique, baptisé poétiquement STM, il s’agit à mon avis d’un gros travail au niveau de la motorisation AF. 2 optiques inaugurent cette gamme

  • un « pancaike » EF 40mm f:2,8 STM
  • un 18/135 EF-S f:3,5/5,6 IS STM.

C’est certainement les moteurs des optiques EF qui empêchaient Canon d’être compétitifs dans le domaine de l’AF à détection de contraste. Quand on observe le fonctionnement de cette fonctionnalité encore lymphatique sur la plupart des boitiers DSLR de la marque on constate que les moteurs dits « pas à pas » ne peuvent fonctionner que par à-coups. Un moteur permettant plus de progressivité permettra donc d’avoir plus de réactivité et surtout de gagner en efficacité. Je n’ai pas encore plus tester mais le principe est alléchant. J’avoue que j’ai un gros faible pour le 40mm pancake, il ira très bien sur mon futur 5DMKIII quand j’en aurais un … parce que oui j’en ai envie mais …

Côté photo le 650D a progressé aussi à ce niveau là (et pas uniquement) l’Autofocus semble être monté en gamme et nettement plus réactif que son prédécesseur. Doté de 9 collimateurs croisés ça m’a l’air d’une performance de très bon niveau pour cette gamme de produit. Cet EOS est aussi meilleur à d’autres niveaux notamment les hautes sensibilités, domaine ou tous les constructeurs se tirent la bourre comme on dit le « petit » réflex peut monter à 25600 iso. Le processeur embarqué est le DIGIC5 là aussi ça monte en gamme. Sinon pour finir j’ai noté des fonctionnalités intéressante au niveau de la mesure de la lumiere il récupère le système Ifcl 63 zones. Un mode HDR spécial contre jour sur 3 image avec compositing automatique assez efficace a pris place dans ce 650D ainsi qu’un mode de pilotage multiflash simplifié. Autre nouveauté importante, l’écran orientable qui évolue lui aussi dans le bon sens offrant une très belle qualité d’image et une surface tactile assez réactive et agréable. Il est ainsi possible de pointer avec le doigt là ou on faut que l’AF à détection de contraste fasse le point.

Bon point aussi sur les batteries inutile de tout changer si vous aviez le modèle précédent, c’est à saluer car peux sont les constructeurs qui se soucient de ce genre de détails et c’est rageant de devoir changer tout son système d’énergie à chaque nouveau boitier. Le grip du 600D est aussi conservé. Par contre la prise casque semble etre une fonctionnalité plus haut de gamme puisqu’il en est privé 😉

Bref, je trouve que le rapport qualité prix de ce boitier est très bon et que pour qui n’a pas le budget pour plus gros c’est une belle façon de rentrer dans la famille Canon et de faire de belles image qu’elles soient fixes ou animées.

Les Prix annoncés :

–      EOS 650D (boîtier nu) : 849€

–      Kit EOS 650D + zoom 18-55 mm IS II : 949€

–      Kit EOS 650D + zoom 18-55 mm IS II + zoom 55-250 mm IS : 1199€

–      EF-S 18-135 mm f/3,5-5,6 IS STM : 549€

–      EF 40 mm f/2,8 STM : 279€

Micro 4/3 des nouvelles intéressantes …

Depuis son lancement la monture micro 4/3 invention partagée par Olympus et Panasonic se fait sa petite place au milieu des autre initiatives moins « communautaires » des concurents comme Sony mais aussi on peut l’imaginer pour les prochaines games mirorless annoncées des gros constructeurs que sont Canon et Nikon.

Après Fuji et Sigma c’est Zeiss qui nous fait la bonne surprise d’annoncer une série d’optiques spécifiques dédiées à cette monture et à la vidéo en particulier. Après avoir sorti la gamme CP2 que j’ai pu tripoter a Osaka c’est une bien bonne nouvelle de voir ce grand nom de l’optique parier sur cette monture. Il est intéressant de noter que cette marque très associée à Sony se permette en quelque sorte une petite « infidélité » …  Schneider Kreuznach a lui aussi rejoint le consortium.

Sigma commence aussi à faire des petites annonces et nous aurons je pense assez rapidment des nouvelles de leurs optiques 4/3 déclinées pour la monture « E » de Sony et le Micro 4/3. Leur gamme 4/3 va ainsi prochainement être déclinée.

Nombreux sont ceux qui rêvent d’un zoom servo pour cette monture et pour l’AF101 en particulier, la logique voudrait qu’elle soient signée Fujinon mais ce n’est qu’une supposition. On attend des nouvelles de cet opticien …

Angénieux, 75 ans de passion pour l’optique cinéma …

J’ai eu la chance d’avoir été invité par la maison Angénieux pour fêter lundi 14 décembre leurs 75 ans et la présentation officielle de leur nouveau Logo.

Pour ceux qui ne connaissent pas Angénieux est une société qui fabrique des optiques depuis 75 ans donc. Cette société est remarquable car elle a été créée par un ingénieur opticien passionné.

Fondée en 1935 par Pierre Angénieux, cette société est basée à côté de Saint Etienne. Pierre Angénieux était un ingénieur opticien innovent et clairvoyant, nous lui devons notamment le « Zoom » et le « Rétrofocus » 2 inventions majeures dans l’évolution des objectifs. Primé à plusieurs reprises avec des Oscards techniques et autres grammy, la marque Angénieux est plus connue à Hollywood ou à Bolywood qu’en France. Pourtant leurs produits sont d’une qualité exceptionnelle et c’est un des derniers industriels lié au monde de l’image qui subsiste en europe. Angénieux a aussi par le passé réalisé d’excellentes optiques pour la photographie. J’ai moi même eu la chance d’avoir un zoom 28/70 f:2,8 en monture Nikon au début des années 90. Pourquoi j’aime cette « maison » me demanderez vous ? Tout simplement car c’est une grande maison, celle qui privilégient la qualité avant tout, au même titre qu’un Cooke ou qu’un Zeiss dans le Cinéma c’est un acteur incontournable et ils ont continué d’innover en permanence. Mais aussi parce que les gens que je connais là bas sont tous des passionnés, et que le simple fait de leur parler rajouté à la qualité technique extraordinaire de leurs produit fait qu’on ne peut rester indiférent. C’est du matériel haut de gamme créé par des professionnels, pour des professionels.

J’ai donc pu visiter leur usine hier et je peux vous dire que je comprend mieux pourquoi ils obtiennent un tel niveau de qualité. Premièrement, toutes les phases les plus délicates sont confiées à l’oeil et au savoir faire de personnes ultra qualifiées et cette entreprise est très soucieuse de ses recrutements et de la façon dont sont formés ses futurs employés. Les taches qui sont confiées à des machines sont tout le temps contrôlées par les sens aiguisés d’hommes et de femmes garants de cette qualité exemplaire. Au cours de la visite, on apprend par exemple qu’un zoom Optimo est capable de « lire » 200 lignes de définition par millimètre ! C’est le niveau de tolérance en dessous duquel l’optique partira à la poubelle. Malgré ça le prix de ces optiques reste relativement accessible en comparaison à des focales fixes de chez les 2 autres gros fabricants européens que sont Zeiss ou Cooke, un zoom 28/76 T:2,2 coûte a peut près le même prix qu’une focale fixe qui ouvrira certes un peu plus. A l’heure ou les caméras numériques sont de plus en plus sensible il est peut être temps de changer son point de vue sur la question et je pense qu’envisager de tourner à 100% avec un zoom de cette qualité peut vraiment s’envisager. Les amoureux d’Angénieux sont nombreux, mais ils sont plus nombreux outre atlantique que chez nous.

La gamme DP dédiée aux capteurs numérique par exemple est d’un rapport qualité prix exceptionnel, compter environ 15k€ pour un 16/42 ou le 30/80 t:2,8 qui sont d’excellente facture.

Le fer de lance de la marque est sans aucun doute le 24/290 très apprécié des américains. J’avoue avoir un gros faible pour le 17/80 T:2,2 (si si c’est pas une blague ya tout ça de lumière qui rentre dans ce zoom ! ) A noter que les 3 zooms de la série « cinéma » sont livrable en monture Canon EF ou Nikon.