Articles

, , ,

Flanders Scientific annonce plein de nouveaux moniteurs au NAB 2013

Flanders Scientific (FSI) est une société créée par des belges qui ont une démarche intéressante. Plutot que de se fatiguer à fabriquer des écrans ils ont passé un deal avec un constructeur chinois qui les fabrique pour eux ce qui leur permet de se concentrer sur l’essentiel, la R&D et notamment la partie software car c’est la force de la marque les écrans de chez FSI peuvent voir leur logiciel mis à jour. De ce que j’ai pu voir et des retours d’utilisateurs que j’ai pu avoir la précision de la colorimétrie est assez bluffante et le rapport qualité prix incroyable et les fonctionnalités de calibration très poussées. Cette année ils annoncent de nombreuses nouveauté notamment une gamme CM (Cinema Monitor) qui complète les BM (Broadcast Monitor) avec une particularité, celle de pouvoir basculer de l’espace colorimétrique REC 709 au DCI P3. On peut bien entendu rajouter des LUT et gérer une source 2K qui sera automatiquement mis à l’échelle … Dalle 10 bits, processing 12 bits, – de 5000$ le 24″ J’adore !

La post-production commence derrière le capteur de la caméra …

J’avais envie de vous causer d’un truc, suite aux explications de la dernière fois sur ce que font les Machineurs et la petite vidéo de Michael Cioni de chez Light Iron Digital au sujet du workflow du dernier film de David Fincher (qui n’est malheureusement plus en ligne) http://fcp.co/final-cut-pro/news/732-michael-cioni-talks-4k-workflow-and-fcp-proxies-for-the-girl-with-the-dragon-tattoo m’a donné envie de schématiser un workflow type. Parce qu’à mon avis la postproduction commence juste derrière le capteur de la caméra, il est fini le temps ou tout devait être segmenté, vive le workflow clé en main …

ça fait longtemps que j’avais envie de faire ce petit schéma … le workflow du moment en quelque sorte …

Emmanuel Pampuri et les Machineurs … pour ceux qui n’ont pas compris …

ça fait plusieurs fois que je me dit que je communique mal sur le “d’ou je viens, qui je suis et dans quelle étagère ?”
Plusieurs fois aussi que je me retrouve nez à nez avec un client qui me reconnait et qui me dit que le lien entre mon blog et les Machineurs n’est pas évident.

Alors oui, un peu d’auto promo ne fera pas de mal, je suis le gérant et le fondateur des Machineurs. Quand j’étais plus jeune je voulais faire de la scène, Emmanuel Pampuri et les Machineurs ça sonne un peu comme un groupe de rock non ?

Au delà de la plaisanterie, je vous invite à aller voir notre site internet  et à aller cliquer sur j’aime sur notre page Facebook

Les Machineurs

Faites également la promotion de votre Page

Les Machineurs c’est donc une société qui propose un service innovant dans le petit monde du cinéma numérique et de la télévision et du web, l’idée est de proposer des “workflows” clé en main, allant de la prise de vue à la diffusion, “from Lens to DCP” diraient nos amis anglo saxons.

Parce qu’aujourd’hui si on anticipe pas et qu’on ne pense pas sa chaîne de production dans son ensemble on peut avoir de gros soucis. Pour moi la post-production commence derrière le capteur de la caméra, et chaque caméra nécessite quasiment un workflow différent, en tout les cas il faut respecter, et bichonner les images qu’elle produit sur toute la chaîne pour préserver la qualité jusqu’à l’encodage final du DCP.

Ainsi nous proposons des Caméras RED Epic parce que c’est nos préférées, mais nous ne sommes pas racistes, on aime aussi les Canon, les Panasonic, les Sony, les ARRI etc.

Nous proposons des services de laboratoire numérique, la gestion et la sécurisation des rushs, nous avons des technicien qui gèrent les media sur les tournages, en passant par le montage l’étalonnage, les effets spéciaux, les titrages et bien entendu le mastering DCP.

Les Machineurs sont des enfants du numérique, nous sommes tous tombés dedans quand on était petits … Une vraie bande de geeks comme on dit …

Les choix techniques et les méthodes de travail que nous avons mis en place parfois par dépit il y a plus de 10 ans, alors qu’on ne pouvaient pas faire comme les grands labos et les boites qui nous faisaient rêver sont aujourd’hui devenu la norme. Nous avons misé sur le tapeless le 100% logiciel depuis fort longtemps et c’est aujourd’hui cette appréhension particulière, la veille technologique de tous les instant et notre envie de faire “autrement” qui font notre force.

 

Machineurs DCP … The SONG / The Clip !

Salut la compagnie, le clip tant attendu est arrivé, Olivier Héraud nous a encore signé un TRACTOfilm.
Nous avions envie de faire quelque chose d’original un clip, une chanson un grosse dose de fun et de geekitude … Initié en Aout dernier ce projet voit enfin le jour, nous sommes assez content du résultat 😉 c’est bien fun et ça devrait causer à bon nombre d’entre vous.

à partager sans modération …

Pour ceux qui préfèrent YouTube ça se passe par la :

Machineurs DCP … The SONG / The Clip !

Salut la compagnie, le clip tant attendu est arrivé, Olivier Héraud nous a encore signé un TRACTOfilm. Initié en Aout dernier ce projet voit enfin le jour, nous sommes assez content du résultat 😉 c’est bien fun et ça devrait causer à bon nombre d’entre vous.

à partager sans modération …

Réflexions sur la révolution numérique dans le cinéma.

Longtemps que je me pose des questions sur les futures évolutions de cette petite révolution que nous traversons actuellement nous les faiseurs d’images. J’ai déjà abordé le sujet à droite et à gauche et je me suis dit qu’un petit post rassemblant un peu les idées et les points de vues que je pouvais avoir sur la question pouvait être utile.

Il y a fort longtemps quand je suis sorti de l’école, j’avais déjà un comportement qui pouvait paraître étrange. En 1991, un mec qui était autant passionné par la musique, le son, la vidéo, ou la photographie, ça ne pouvait pas exister et on m’a souvent demandé de choisir, j’en fut incapable.

J’aime créer, et j’aime aussi les technologies associées à ces créations. Aujourd’hui a l’heure ou les contenus réalisés avec des Photocam ont envahi les écrans qu’ils soient grand  ou petits (même thalassa sur France 3 est tourné en DSLR) je pense que nous n’aurons plus besoin de choisir. Photographe, vidéase, cinéaste ? Peu importe, la génération qui arrive s’en fout royalement, il passent autant de temps à filmer qu’a photographier avec le même plaisir.

L’accessibilité à l’outil ne dispense pas le talent et le travail, mais cette démocratisation redistribue les cartes et les clivages liés au porte monnaie n’ont plus lieu d’exister, on peut venir d’un “milieu défavorisé” et faire du cinéma. On peut  acquérir à moindre frais des outils performants. Désormais seul le talent et le travail fera la différence.

Les constructeurs comme RED ou plus récemment, Canon ont créé des outils qui a bouleversé la donne, nous assistons à une réelle re-distribution des cartes dans le petit monde de la prise de vue. Non seulement il rassemblent photographes, vidéastes et cinéastes, mais en plus ces outils sont devenus presque accessibles, une vraie belle camera 35mm coute encore plus de 300k€ les optiques, une série de prime c’est 140k€ pour avoir de la belle qualité. Aujourd’hui une Alexa coûte 45k€ une RED One MX 25k$ Une Sony F3 15k€ une AF101 tout comme un Canon 1dMkIV et un  GH2 849€ … tous ces outils permettent de tourner des images d’une qualité encore inaccessible il y a peu de temps et cette qualité est largement suffisante pour  être projetée en salle. Certes ce n’est pas tout de la même qualité mais le fossé se resserre.

Basé sur la même révolution, celle du numérique, l’accès a la salle se démocratise grâce au numérique, le fameux fichier DCP (Digital Cinéma Package) qui va a terme remplacer la pellicule dans les salles est un formidable outil. La ou il fallait trouver pas loin de 10000€ pour une copie 35mm pour un court métrage, il en faut 10x moins en numérique.

Je ne cherche pas à faire du mal à ceux qui aiment la pellicule, je l’aime aussi et a mon avis autant elle perdurera encore de façon marginale pour la prise de vue pour les productions qui auront envie de se démarquer par son esthétisme. Autant en tant que support de diffusion, on ne peut que constater le déclin. Oui la pelloche comme on l’appelle est encore supérieure aux caméras cinéma numérique, mais pour combien de temps encore ? Si on regarde le petit monde de la photographie qui a entamé sa révolution numérique bien avant cette du cinéma on peut aisément se projeter. Mais revenons à la diffusion, il y a 9 ans (2002) la norme DCI est sortie des cartons du consortium portant le même nom, début 2009 il y avait moins de 300 écrans numériques sur le parc de 5400 écrans en France. Nous aurons atteint les 2000 écrans à la fin du premier trimestre. En 2006 les gros multiplexe des grands groupes d’exploitants faisaient de la place dans leurs cabines de projection aujourd’hui c’est les projecteurs 35mm qui s’en vont des mêmes cabines.

Là ou le bas blesse c’est qu’il n’y a plus de réel fossé technologique entre le cinéma et la télévision, la haute définition est devenue un standard et ses normes techniques sont suffisamment proches de celle du cinéma. Entre HD et 2K seuls quelques pixels séparent les 2 mondes. Un bon lecteur bluray, un bon projecteur home cinéma HD et on se retrouve à avoir une meilleure qualité à la maison que dans certaines petites salles de cinéma. C’est à mon avis par le 4K que le cinéma créera la distance qualitative qui le séparera de la HD et donc de la télévision (si on met de côté la 3D mais c’est un autre débat). Le parc de projecteur installé est en grande partie “upgradable” avec les nouvelles puces DLP 4K.

Depuis 3 ans maintenant les Machineurs, se sont positionnés sur le DCP, la route est encore longue car nous n’avons pas l’antériorité ni reconnaissance en tant que laboratoire. Certains on tenté l’aventure du DCP Machineurs et nous ont fait confiance en rentrant par la petite porte, publicités, bandes annonces, courts métrages etc. Depuis, nous avons encodé plusieurs DCP de long métrage et la qualité de notre travail a satisfait plusieurs producteurs et distributeurs qui apprécient le rapport qualité prix mais aussi la complémentarité de l’offre avec Cinego qui gère les KDM et Filmor qui s’occupe de la duplication et de l’acheminement des copies (matériel ou immatériel)

http://vimeo.com/20430474

2011 est plus que jamais l’année de la numérisation du cinéma.

,

ATREID DIGITAL TOUR Episode 1, le 16 mars à Montpellier

C’est officiel, c’est lancé, on vous donne rendez vous le 26 mars au Gaumont Multiplex de Montpellier. Toutes les informations sont disponibles sur le site d’ATREÏD. Allez vous inscrire les 50 premiers auront un cadeau !

Epaulé par le YAKYAKYAK team, Panasonic et le Machineur’s team nous vous dévoilerons quelques uns de nos secrets concernant toute la chaîne, du tournage à la diffusion.

Les 50 premiers inscrits au moyen du formulaire ci-dessous se verront offrir un exemplaire duDVD de formation Final Cut Studio de la société Elephorm une création de l’excellent Olivier Vigneron, fondateur du YAKYAKYAK.

d’autre petits cadeaux sur le site d’atreïd …

À l’issue de la présentation, vous pourrez dialoguer avec les différents intervenants autour d’un cocktail dans l’espace réception du Gaumont multiplexe.

A-Cam 3D, Iconoskop se lance dans une camera 3D

Les suédois de chez Ikonoskop se lancent dans une camera 3D, je vous ai déjà parlé de cette marque sympathique qui avait lancé il y a quelques années la plus petite camera 16mm, la A-Cam Super 16. Ils ont ensuite lancé la A-Cam numérique alias A-Cam D2, qui a la bonne idée de faire de la HD 1080p avec un capteur super 16 de 10,6x6mm et une monture au choix en C, PL 16mm ou encore Leica M. La bonne idée de ce concept est aussi basé sur le fait que cette camera enregistre en RAW avec le codec DNG de chez Adobe. Il s’agit de séquence d’images fixes, ce qui risque de changer car, je rappelle à cette occasion qu’Adobe travaille depuis quelques temps sur un codec DNG pour le cinéma numérique codec appelé Cinema DNG.

Peut d’informations sur ce projet pour le moment, on peut voir une photo du prototype qui présente un montage “side by side”. Aucune info sur la gestion de l’entraxe ni de la convergence.

Encore une preuve que l’effet Avatar n’est pas près de s’estomper, en 2010 Disney sortira 8 long métrages en relief. Et c’est environ 30 films 3D qui sortirons sur 2010.