, , , ,

Témoignage, tournage avec les Panasonic GH1 et GH2 en documentaire par Brice Rudelli

Il m’arrive parfois de publier des retours d’utilisation à d’autres créateurs, j’ai été contacté par Brice Rudelli qui témoigne ici de son utilisation des GH1 et GH2 ainsi que d’un drone DJI Phantom qu’il a utilisé sur des documentaire en tournés Inde. Parce que la course à la technologie n’est pas forcément nécessaire pour faire de belles images, c’est bien de dire aussi ce qui est possible avec du matériel que l’obsolescence programmée imposée par les constructeurs nous impose au niveau du renouvellement de notre matériel. Oui un GH2 est moins bien qu’un GH3 ou un GH4 mais ça faisait déjà de très belles images et non ce n’est pas moins bien qu’avant …

action_mine

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

Salut, je m’appelle Brice Rudelli,  aventureux vidéaste Toulousain depuis quelques temps familier avec les boitiers de la famille GH ainsi que le codec AVCHD. Ancien électricien automobile j’ai toujours apprécié les “petits bidules” high tech  mais aussi la nature et le snowboard. Avec quelques potes on a commencé à faire quelques vidéos avec une vielle Canon mini DV puis on s’est pris au jeux, quelque partenaires nous ont suivi pour nous équipé entre autre d’une panasonic HMC-41 avec laquelle on a eu la chance de faire un film “School of shred” en DVD pour le magazine Snowsurf.  Tout ça était parti d’une belle motivation amicale sans grande prétention mais de là on nous a demandé un coup de main puis un autre… on a donc créé avec Rémi Carrasco Picture Your Art Too et commencé à remplir quelque disques durs . J’ai toujours été très manuel et ainsi me fabriqué quelques petites machineries qui m’ont vite fait rentrer en contact avec quelques professionnels du coin. De projets en projets les choses évoluent aujourd’hui on apportent nos compétences autour de l’événementiels, du clip, de l’institutionnel avec Rec And Play media notamment et aujourd’hui le documentaire avec Samarkand Productions.

 Samarkand Productions m’a sollicité pour le tournage de plusieurs films documentaires qui seront pour certains présentés en festival tandis que d’autres servirons de pilot pour des séries documentaires. On traite l’hindouisme, les tribu, l’art et le charbon. L’Inde donc…! une première pour moi tout comme tourner un film documentaire ou encore utiliser un drone.  

Là bas il fallait être mobile et discret, le scooter à été notre arme pour se déjouer des pièges du trafic indien et rejoindre nos lieux de tournages parfois très reculés. 

C’est ainsi que j’embarque dans des conditions particulières un GH2, un GH1 ,Isaw A3 extreme et un drone DJI phantom…”

 

Action_chaatfestival

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

Tournage documentaire Monopod et micro4/3

Les chiffres:

7145 km de scooter

350 ginger tea

846Go de natifs

7000g de riz

3To de Proress

20 gardes grugés

Samarkand Productions m’a donc sollicité pour le tournage de films documentaires ceci est une première pour moi, en Inde une autre première pour moi et utilisé un drone encore une. Là bas il fallait être mobile et discret, le scooter à été notre arme pour se déjouer des pièges du trafic indien et rejoindre nos lieux de tournages parfois très reculés.

C’est ainsi que j’embarque dans des conditions particulières un GH2, un GH1 ,Isaw A3 extreme et un drone DJI phantom. 

Le GH2:  Je ne vais pas revenir sur les nombreuses qualités techniques du GH2 déjà dépassé par son successeur le GH3. Additionné d’un hack adapté au tournage c’est toujours une très bonne caméra.

Les optiques:

P1080398

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

Le GH2 possède un système d’autofocus performant que je n’hésite pas utiliser, plusieurs modes sont disponibles et mérites d’y attacher un peu de temps pour ce familiariser avec eux car ils se révèlent parfois très utiles.  J’ai donc principalement tourné avec 3 objectifs Lumix.

– le 14-140mm  pour plus de 80% des cas ,

– le 14mm f/ 2,5 car il fallait un grand angle plus lumineux

– le 45-200mm. Lui n’a pas la cote mais son vignetage et ses défauts provoquent un style que j’apprécie pour des plans à longue focal. De plus il me permet en mode ex-télé de filmer comme si j’avais un 400mm.

Le 25mm f/0.95  était évidemment dans mon sac pour quelques plans et pour se sauver la mise quand c’est sombre. J’aurai pu en prendre plus notamment quelques longues focales fixes. Mais les tournages me demandaient mobilité et réactivité, c’est ce qui à motivé mon choix.

Le hack: 

Mes réglages proviennent  d’un patch de Driftwood de la série apocalypse qui aplatit l’image spécialement prévu pour adoucir les contrastes forts des optiques Lumix. Avant de passer par là j’étais revenu au codec d’origine, qui fait un très bon travail dans la plupart des conditions, après d’inutile tentative de hack. Mais j’y ai vite trouvé des limites ( fourmillement des aplats de couleur , mauvais dégradé des lumière blafarde et certains rendu de mouvement )et là le gh2 se transforme en école, en effet le fait de s’intéresser aux fonctionnement des codecs, aux patchs, amènes à de nombreuses informations qui seront utiles du tournage à la post prod. D’ailleurs ce principe de firmware manipulable c’est peut être quelques chose à creuser.

Action

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

Monté sur un “monopod” à pieds rétractables, c’est je pense, une bonne caméra de documentaire. On peut en faire une caméra d’épaule, une caméra sur pied et composer quelques mouvements et angles intéressants. Le tout avec un poids minime et un encombrement égal à celui de vos dernières vacances en famille. Et c’est bien là que réside un des meilleurs avantage du GH2, il dépasse tout juste les 400g, un look complexe serte mais pas vraiment pro. Ainsi il est plus discret, attire moins l’oeil et fait touriste.  Dans certaines conditions, comme être chaleureusement entourés de gardes visiblement fâchés de vous voir prendre en photo leurs installations, vous êtes bien heureux de vous faire passer pour un touriste.

Le mode ex-télé est pour moi quelque chose de bon, dans de bonnes conditions lumineuses on peut obtenir de très bonnes images, ainsi pouvoir doubler la focale de cette façon, en configuration ultra légère c’est d’un intérêt indéniable pour le documentaire.

Quand il faut faire vite et rien rater… Le GH2 s’en sort bien. Il fallait souvent filmer des actions brèves et s’adapter en permanence. Le duo GH2/monopod m’a permis d’être à l’aise et d’être très réactif.

Méfiance quand même car en cas de changement d’objectif le capteur est très exposé et il m’est arrivé de devoir le nettoyer sur les lieux de tournage.  La poussière c’est l’enfer, pour éviter ça un bon teeshirt noire 4XL peut être un compagnon idéal car il s’avère aussi très utile quand tu tourne longtemps sous un soleil de plomb et que tes yeux fatiguent.

P1080378

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

Le GH1: Le GH1 est principalement prévu en caméra de secours . Son image est plus douce, un peu plus ronde que celle du GH2 qui est très saillante, les mélangés n’est pas idéal. Sauf en cas de plan très différent, en soignant les blancs c’est parfait pour des “close up” sur une interview avec le 25mm VG. L’image est  suffisamment définie pour se mélanger avec celle des plans large du GH2 .

Un mode important aussi sur le GH1 est l’encodeur Mjpeg qui est plus utile que celui du GH2 j’ai penché pour l’utiliser en mode 2fps pour faire quelques timelaps. Le 422 et la limitation d’enregistrement  moins contraignante sont de bons atouts pour ce mode. C’est Rémi Carrasco qui m’a fait découvrir ce boitier en 2009 à Helsinki, il avait acheté ça d’occasion sur le net avec un objectif de caméra de surveillance à 40$. On a vite compris que le micro 4/3 était la monture accessible et ultra polyvalente qu’il nous fallait.

P1080412

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

Isaw france via Riderspot m’ont prêter cette caméra pour équiper le drone DJi Phantom.

Cette concurrente directe de la Gopro3 s’en sort très bien sur un  Phantom. Son image semble plus naturelle que celle d’une Gopro3 et ses capacités en basse lumière semblent un brin meilleurs mais ne dispose que d’un 1080 25p ou 60p. Enregistré aux alentours de 20Mbit/sec ce qui n’est pas dingue mais fonctionne très bien en 25p car en 60p le débit est trop limité. Cette “action caméra” est équipée de série d’un petit écran LCD qui permet d’accéder à des menus très propres, j’espère voir sur les prochaines versions des réglages plus sérieux, la vitesse d’obturation, l’activation ou désactivation de la correction lumineuse et des choix judicieux des résolutions, des débits et ainsi pouvoir s’adapter mieux au différents types de tournage.

Equipé d’une nacelle brushless fabriquée par Madeinmars le Phantom suffit  pour de simple plan, nous ne sommes pas encore au stade du “Cineflex” à moins de 1000$ mais on s’en rapproche. La déformation optique de la lentille (fisheye) est un problème qui peut être résolu partiellement en post-prod au détriment du piqué ou en utilisant une lentille adaptable qui donne beaucoup moins de déformation voir même pas du tout pour certaines. J’ai du remplacer celle ci après un choque à l’atterrissage. La lentille est trop proche du sol quand celui ci n’est pas un gazons gras ou un bitume lissé au laser mais plutôt , rocaille, chemin de pierre, goudron défoncé… J’ai donc remplacé la lentille et profité de la déformation moindre mais aussi d’une disparition totale du moiré sur les toits et tuiles indiennes. En tournage ce n’est jamais comme “il faut” alors pour éviter tout problème ce drone et tout petit et il s’attrape facilement à la main, évitez de le faire atterrir sur le sol celui-ci est dur et dangereux pour la camera et vos hélices.

Multipod

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

En lui même c’est vrai le DJI Phantom est prêt à voler et simple à utiliser et c’est loin d’être négligeable pour les bonnes à tout faire comme moi… Le seul problème réside dans son autonomie qui réduit considérablement en fonction de l’équipement embarqué. Environ 3 à 4 minutes de vol effectives, 2 minutes environs pour décollage et atterrissage. L’image aérienne est un métier à part, on peut faire de très beaux plans avec un Phantom mais aussi beaucoup de mauvais.  Il faut compter aussi sur une météo généreuse pour vous donner des journées avec un vent inférieur à 5km/h car au dessus vos tournages seront nettement moins propre l’image vibre et les mouvement du drone ne sont plus aussi précis.

Et le son dans tout ça:

J’ai fais beaucoup confiance au micro du GH2 pour de nombreuses scènes et leurs ambiances. Mais j’ai aussi utilisé un Zoom H4n pour les interviews et pour enregistrer des sons importants pour le mixage final.

portrait2

crédit photo: Samarkand Productions @ Cristèle Blad

J’avais un pieds micro léger avec moi pour dirigé et soutenir le H4n car sur le GH2 l’enregistreur audio perturbe l’ergonomie et sa bonnette anti vent peut laisser apparaître quelque poil dans votre cadre c’est donc à évité où à n’utiliser que lorsqu’on ne peut pas faire autrement. Le son est propre car il est enregistré séparément dans un conteneur wav et donc bien moins compressé que le son enregistré dans les fichiers vidéo même si celui ci passe par des mixettes de type beachteck et divers micros… C’est une des solutions les mixettes fonctionne aussi très bien mais travailler avec un enregistreur externe permet de travailler différemment grâce à son indépendance.

J’ai vécu une expérience extraordinaire que j’ai hâte de renouveler celle ci m’a permis de progresser sur la technique, la méthode et l’émotion. Les petits boitier et la miniaturisation des outils facilitent les tournages pour des raisons, de coût, de logistique, d’ergonomie ou de logique… Tout ceci amène un bon nombre de changements et de nouvelles façon de travailler mais permettent aussi à des projets modeste de prendre forme. L’évolution vers le 4k sera un grand pas mais j’espère que celui s’enregistrera dans une carte SD car quand ça chauffe c’ est facile à planquer … Et il reste encore des évolutions parmi les plus simple comme mettre un trou pour les pions de centrage des platines de trépieds…

voici le premier teaser

 

 

 

, , , , , ,

Dernieres video 4K avec le GH4 avant le début du NAB 2014

Voilà donc 3 petits films tournés avec le GH4 de pré-série que m’a confié Panasonic afin de faire mes test et de leur faire part de mes remarques.

sur Vimeo pour ceux qui ont un compte vous pouvez télécharger les fichiers sources 4K et regarder ça chez vous en pleine qualité même sur un moniteur qui n’est pas 4K c’est assez impressionnant.

Sur Youtube en cliquant sur le petit engrenage et en sélectionnant 2160p dans les réglages de qualité faudra être patient ou avoir un gros débit mais c’est beau !

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=nFdnI7C2slk]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=ysNc3OVFJ6s]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=HqRp6JPiKvY]

Autoportrait GH4

Je ne tirerai pas de conclusions et vous ferait une petite “review” une fois rentré du NAB mais ça fait longtemps qu’une caméra ne m’avait pas autant excité et les 2 semaines passées en sa compagnie m’ont enchanté. L’ergonomie qui est très importante pour moi est vraiment bonne, la qualité d’image enregistrée en interne est exceptionnelle compte tenu du prix et la qualité photo a fait un bon en avant important.

Les 2 arguments massue au delà de la résolution 4K c’est l’augmentation de la dynamique et la qualité du viseur par rapport au GH3 … J’imagine ce qu’on va pouvoir faire avec un enregistreur externe 422/10bits, si le NAB 2014 et les constructeurs se réveillent à ce sujet.

Avoir la possibilité d’avoir un outil aussi performant et polyvalent dans un boitier aussi compact c’est un rêve qui se concrétise. Pour moi Panasonic a signé là un produit très abouti, performant et très additif. Bravo !

je vous invite à aller voir ma galerie GH4 sur mon compte Flickr.

 

Dernieres photos sur flickr

View stream on flickr

,

Canon EOS 1DX, master chief !



C59Q0350-2.jpg
J’ai pas mal de chance sur les voyages comme vous avez pu le constater, qualifié de “bloggeur influent” je suis souvent invité par les constructeurs pour aller tester du matériel.
Je suis parti au mois de novembre en Slovénie avec Canon france lors d’un voyage de presse organisé pour tester les boitiers et optiques… Lors de ce même voyage à Ljubjana, j’ai curieusement passé plus de temps à faire des photos qu’à filmer, peut être que j’avais tout simplement envie de me faire plaisir et j’ai pas été déçu …

J’ai passé beaucoup plus de temps que prévu avec le 1D-X vaisseau amiral de la flotte Canon il y a eu comme une attraction immédiate et j’ai pas pu resister à passer du temps avec ce superbe boitier.
C59Q9986.jpg

J’ai eu la chance de tester plusieurs optiques, le nouveau “prime” cinéma 24mm T:1,5 qui apporte un vrai truc en photo, une douceur un modelé assez peu courant dans les optiques dites “photo”.
Le boîtier est très agréable a toucher on a une vraie sensation de truc costaud, pro et limite indestructible. Le grip est impressionnant et il participe à cette bonne sensation. Le viseur est tout simplement magique, on a presque envie de garder l’œil rivé dedans pour regarder toute la journée. Les bouton tombent naturellement sous les doigts et pour moi c’est un sans faute. Je n’ai pas vraiment de référence dans le domaine car mon boîtier le plus “cher” en ma possession est un 5DmkII. Une chose est sûre c’est que ce boîtier malgré son encombrement et son prix donne envie de faire des images. J’ai adoré l’utiliser. Quand la la qualité des images produites, inutile de vous en rajouter une couche mais c’est bluffant. Les fichiers sont précis, piqués, la souplesse des raw et la dynamique est incroyable, on peut presque faire du HDR sur un seul fichier ?!

C59Q0267.jpg

Côté optique j’ai passé du temps avec le 28/300 série L qui est une tuerie ! Quitte à faire m’amuse avec un gros bazooka autant se faire plaisir avec une grosse amplitude. Comme j’apprécie de cultiver le paradoxe, j’ai aussi énormément pris de plaisir avec le tout nouveau 40mm pancake.

1DC-2

L’auto focus regorge de réglages et c’est vraiment assez bluffant, les modes liés au sujets se déplaçant rapidement sont assez balaises. Quand a la capacité de faire des images en très très très basse lumière c’est tout aussi impressionnant ! J’ai fait des photos dans des endroits peu éclairés et la ou c’est dingo c’est qu’on voit des trucs sur la photo qu’on ne voyait pas dans le viseur !
C59Q0542.jpg
Bref pour moi c’est un carton total ce 1DX, j’ai hâte de pouvoir jouer avec son cousin 1DC et voir ce que donne sa déclinaison Cinéma.

La galerie de photos flickr :
http://www.flickr.com/photos/mrgroove/sets/72157632739673945/

1DC

 

,

Nikon 48h challenge New York avec le D800

Le programme est annoncé en direct de l’incroyable hôtel standard au cœur de la Big Apple …
On va faire des images en bateau en Hélico et on va se peler les miches … Depuis hier y’a du vent ici et ça caille mais il fait beau, très beau.
Pas loin de 75 personnes invitées ici dont 5 français sont ici pour tester le d800 dont j’ai récupéré un exemplaire hier soir.
L’objet est bien bâti et il faudra un peu m’habituer à son ergonomie car je n’ai aucune habitude avec l’ergonomie Nikon, mon dernier boîtier Nikon était un F801 ça remonte au début des années 90 😉 je l’ai aimé et c’est sans aucun doute celui avec lequel j’ai passé le plus de temps.
Je vais essayer de tester un Max de choses en un minimum de temps …
Témoignage du réalisateur de Joy Ride, Sandro Miller qui a fait le joli court métrage avec la moto que je viens de voir sur grand écran.

Ya rien a dire c’est beau ! Le plus étonnant c’est qu’ils disent ne pas avoir utilisé d’enregistreur externe, ils auraient donc tourné sur les cartes avec le codec interne qui je vous le rappelle est un H264 encapsulé dans du Quicktime à un débit de 24mb/s

Première journée passée avec le D800 c’est un bien beau boitier, bien né et la qualité de l’image en photo comme en vidéo semble être au rendez vous.  Je vous ferait un compte rendu plus détaillé au pire Jeudi.

 

, , ,

Nikon Trip to New York … & plus …

C’est non sans une certaine émotion que je décolle demain pour la grosse pomme pour tester le nouveau Nikon D800 et son grand frère D4. Dire qu’il y a quelques années quand j’ai créé ce blog je me demandais comment j’allais pouvoir rentrer en contact avec les constructeurs pour essayer leurs nouveautés …

  • Osaka en novembre 2010 pour tester et critiquer la Panasonic AF101
  • Berlin en novembre 2011 pour la présentation européenne de la Canon C300
  • et enfin je fais partie des 40 personnes que Nikon a invité pour aller essayer le nouveau D800 et D4 … Non seulement c’est excellent de pouvoir tester sur 3j ces nouveaux boitiers mais c’est mon premier voyage à New York et je suis excité comme une puce …

J’essayerai de vous faire des comptes rendus réguliers en direct de la big city, je prend ensuite quelques jours de congés pour faire un petit trip au USA et j’en profiterai pour faire des images et vous les montrer … J’enchaine ensuite sur le NAB a Las Vegas, à partir du 13 Avril avec une petite surprise …

Par contre j’essaye de partir Léger, côté editing ce sera un simple macbook air 11″ avec FinalCut Pro X et LightRoom 4 et un disque Lacie Little Big Disk Thunderbolt 1to.

Curieusement en ce moment j’ai plus envie d’image fixe que de films … on verra bien ce que ça donnera …

Pour me suivre ça se passer ici mais n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, twitter etc.

 

 

 

Welcome | Bienvenue …

Le nouveau Pampuri’s blog est dorénavant actif. Merci à Fred alias LeFred.com de m’avoir filé un gros coup de main sur ce transfert qui j’espère s’est démoulé sans accros.

Logiquement tout est là il faudra sans doute que vous vous “ré-inscriviez” rien n’est encore définitif mais je voulais que la migration soit effective pour le NAB qui se rapproche à grand pas. Tout n’est pas encore 100% fonctionnel mais ça arrivera progressivement, n’hésitez pas à me faire vos remarques et suggestions…

Merci encore a tous de votre fidélité, j’arrête pas de ne pas en revenir !

Je suis actuellement à Hong Kong pour le FilmArt, qui est un énorme évènement en Asie pour la production internationale. J’ai mis quelques photos en ligne sur mon flickr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit film qui sert à rien, tranche de vie façon Pampuri filmé à l’autre bout du monde.

[EDIT] La transition a entrainé une panne de 24h, tout a fonctionné jusqu’au moment ou ça devait fonctionner et là ça ne fonctionnait plus … comment ça je suis pas clair ? c’est le décalage HORREUR 😉

 

, ,

Panasonic Lumix GH2 de pré-série, aussi testé a Osaka …

Pas d’inquiétude, j’ai aussi fait des images avec le GH2. Et vous savez quoi, même si ce n’est pas une vraie Caméra comme peut l’être l’AF101, j’ai vraiment apprécié cette évolution du GH1. Un futur compagnon de l’AF101 qui se raccordera parfaitement avec elle comme Camera B.

Comme d’habitude, ce petit montage est un petit bout à bout sans prétention, j’ai fait ces images de façon totalement instictive et sans autre but que d’enregistrer des souvenir de ce voyage exceptionnel. Mes excuses si ce n’est pas super “pro”, j’ai volontairement laissé les flous, les mouvement intempestifs etc … Avec un peu plus de temps je vous concocterai bien des choses plus léchées, merci donc pour votre indulgence.

Toutes les images sont tournées avec le mode PH en 1080p24. J’ai poussé la sensibilité jusqu’a à 1600 iso, me demandez pas ou, je sais plus, pour l’instant je fais ces tests pour le plaisir et je ne peux pas y passer plus de temps. Mes week ends et le peut de temps libre que je peux avoir sont totalement accaparés par ces bidouilles passionnantes mais chronophages, alors pour le moment faudra faire avec ce contenu parfois brouillon et instinctif. Et oui, c’est un modèle de pré-série avec un pixel mort !!!

Le boitier est donc encore un proto mais le firmware est une version 1.0 et j’ai pu noter une évolution intéressante dans la gestion des hauts ISOs …

Les fonction tactiles sont utiles pour un truc qui va vous ravir c’est la possibilité de pointer du bout du doigt ou on veut que la mise au point soit faite, c’est super intéressant. Cette fonction a été inauguré sur le G2.

Côté objectifs j’ai utilisé

le 45mm macro f:2,8 Leica Micro4/3

le 20mm f:1,7 Panasonic Lumix

le 14 mm f:2,5 Panasonic Lumix

le 8mm f:3,5 fisheye Panasonic Lumix

Par contre désolé les gars, vous avez fait une boulette énorme !? pourquoi nous donner des fonctionnalités et nous les retirer par la suite ?  Ou est passé le mode 1080p25 ?

Au final on a le choix entre 1080p24 et 1080i50, il s’est passé quoi ? Qu’est ce qui vous a poussé à remplacer le 25p par du 50i ? On en a besoin nous du 25p … il reste le 720p50 mais ça fait pas tout. Je pige pas vraiment ? Je l’ai dit aux ingénieurs à Osaka, j’espère que cette boulette sera corrigée par un prochain firmware.

Quelle idée ensuite de bouger la position de la molette de réglage sur le dos du boitier ? pourquoi n’avoir pas pris le parti d’en rajouter une 2eme par exemple ? Je l’aimais bien moi cette molette devant ! Quand à l’histoire de la batterie et du chargeur … pff j’en fait quoi de mes 6 batteries de GH1 si je veux passer au GH2 ?

, , ,

Panasonic AG-AF 101 la réponse aux DSLR …

Retour d’utilisation sur l’AF101.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, j’ai donc eu la chance de partir à Osaka quelques jours pour tester la camera AG-AF101 de Panasonic.

Pour moi l’AF101 est une belle réaction à la déferlante des photocam, réflex vidéo et autres DSLR (appelez ça comme vous voulez). Encore une fois c’est Panasonic qui innove et qui prend tout le monde de court en proposant la première caméra professionnelle abordable à grand capteur. Tout le monde attend Canon depuis plus d’un an sur ce terrain, Sony vient de présenter sa F3 qui semble prometteuse mais positionnée nettement plus chère. J’espère pouvoir vousen reparler prochainement.

Ergonomie générale

Utilisateur de ces nouveaux outils de tournage depuis l’arrivé du Canon 5D MkII, j’en tire comme la plupart d’entre vous la conclusion que c’est bien beau d’avoir un appareil photo qui produit de si belles images vidéo HD mais que l’ergonomie générale pour l’opérateur reste mystérieuse voir totalement impraticable sans un maximum d’accessoires ! Alors oui, soyons honnêtes, ça nous plaît à tous de jouer au mécano et de rajouter des accessoires tous plus exotiques les uns que les autres pour rendre ces boitiers un peu plus fonctionnels. Crosse d’épaule, matte box, follow focus, moniteurs, enregistreur audio externe, tous ces bricolages finissent par nous faire porter des outils qui ressemblent plus à un sapin de noël parcouru de guirlandes électriques qu’à une caméra. Parce que oui pour le moment on a rien fait de mieux pour filmer qu’une caméra. Et si on regarde l’évolution depuis les premières caméras cinéma on en revient toujours aux mêmes besoins en terme d’ergonomie. Alors oui il y a le côté concours de zizi à savoir celui qui a le plus gros, et, le « gear » le plus impressionnant, le montage valorisant qui fera de lui un nouveau Robocop, Batman ou inspecteur gadget. Tout ça nous excite mais quand même, c’est pas une finalité non ?

Je suis parti de mon côté avec une épaulière RedRock Micro complète pour voir ce que ça pouvait faire … et ben, c’est lourd, encombrant et au final je n’ai gardé que la fameuse poignée 2 tiges le tout monté sur un monopode et hop ! De toute façon, vu le rythme effreiné de cette journée de tests et qu’il n’y avait au final que 2 pieds à se partager à 6 …

Au final, l’AF 101 c’est un peu comme si on avait pris un de nos boitiers Photocam, qu’on lui avait greffé un viseur, des grosses prises XLR pour le son, une poignée, un écran LCD orientable, un support pour fixer un micro canon et positionné des boutons pour rendre le tout le plus fonctionnel possible.

Alors oui comme on l’a déjà évoqué ici c’est pas le look le plus sexy de la terre. Mais c’est assez logique qu’on se retrouve avec ce type de design compte tenu des critères choisis pour la conception de cette Caméra. Au final je préfère la fonctionnalité au look de l’outil pas vous ?

Revenons à ce qui nous intéresse, je vous l’ai déjà dit j’ai pris mon pied avec l’AF101, la caméra est bien née, c’est un produit abouti, bien pensé et au final le positionnement est pertinent. Certains râlent déjà sur le prix de l’objet, mais pour moi c’est cohérent, le boitier devrait sortir dans les 4000ht en prix de vente réel ce qui est finalement pas si cher quand on le compare à une camera comme l’EX1 par exemple ou à  un 5D mkII  un minimum équipé.

L’audio

Les entrées XLR sont un vrai plus sur cette camera en comparaison avec les boitiers DSLR, plus besoin de partir avec un recorder audio numérique autonome,  Les ingénieurs de Panasonic nous ont bossé sur la partie audio, sur la qualité des préamplis par exemple. Un truc tout bête mais retrouver un bon vieux potentiomètre pour régler son niveau audio reste un plus évident sans parler de la fameuse prise casque absente de tous les photocams du marché. L ‘autre point essentiel sur cette partie audio c’est que l’AF101 permet d’enregistrer le son en PCM linéaire 48khz sans compression. Laissant le choix de l’AC3 pour ceux qui auraient besoin de faire l’économie d’une bonne prise de son 😉 et ce en plus des 24 mb/s du codec image à priori. 

Codec et SDI

La sortie SDI est aussi un truc super important, et je vais revenir sur cette histoire de codec.

Comme l’a dit Barry Green lors d’une de nos cessions de travail avec les ingénieurs la problématique est que dans la tête de la plupart d’entre nous on mesure la qualité d’un codec via son « bitrate » les fameux mégabits par seconde. Le codec AVC HD est un codec d’une génération plus récente que le Mpeg 2 par exemple utilisé dans les EX1 / EX3. Alors oui c’est pas non plus une merveille mais au final c’est certainement plus de 4 :2 :0 qui me chagrine que le H264 AVC HD en lui même. Donc oui cette fameuse prise SDI fait partie des choses qu’on réclame sur les Photocam pour pouvoir enregistrer dans un meilleur codec mais aussi pouvoir faire un monitoring de qualité.

Certains diffuseurs prestigieux par exemple la BBC exige des image tournées avec un codec à 50mb/s, c’est assez succinct comme critère qualitatif je trouve mais c’est pour vous dire que cette seule valeur ne fait pas réellement la qualité du codec. Quand on sait que ARTE refuse carrément l’usage de codec long gop qui sont considérés comme à peine acceptable dans un film au même titre que les images d’archive et ne doivent pas en représenter plus de 30% de la durée totale. Néanmoins je comprend qu’on puisse avoir besoin de mieux pour la postproduction avancée.

Filippo Chiesa a fait pour sa part des tests comparatifs avec le Nano Flash de convergent design à 100mb/s en Mpeg2 iFrame. Je pense qu’il ne tardera pas à présenter ses tests mais au moment ou j’écris ces lignes, c’est à dire dans l’avion du retour je ne suis pas sur qu’il ait pu le faire). De mon côté j’ai fait 2 ou 3 plans doublés avec le HPG20 en AVC Intra (10 bits 4 :2 :2 100mb/sec.

Je ne m’avance pas trop mais je pense qu’à part dans une utilisation spécifique ou on a besoin d’un codec plus costaud que ce soit pour la fiction ou les effets spéciaux par exemple, pour le reste, le mode PH AVC HD est vraiment convaincant. Nous avons tous présenté nos images sur un écran de 6m de base en projection et on ne peut pas dire que la compression nous ait gêné, ni nous, ni les ingénieurs de Panasonic. Néanmoins je pense qu’on a tout intérêt à prendre un recorder externe à partir du moment ou on aura besoin de triturer les images lors d’un étalonnage poussé par exemple.

Ergonomie générale

J’ai passé 2 jours en tout en compagnie de l’AF101 et la séparation a été difficile, je voulais plus la rendre !

J’ai apprécié sa compacité de la camera, cette forme de cube la rend très maniable et je pense que les accessoiristes vont se régaler.

Après avoir fait mumuse avec mon mécano RedRock Micro j’ai finalement choisi un assemblage qui m’a permit de la prendre un peu à la façon d’un moyen format photo. C’est ce que j’aime par exemple avec les Sony EX1 & EX3 à défaut d’épaulière et étant trop lourde si on lui adjoint les services d’un joli cailloux l’AF101 bien qu’utilisable telle qu’elle pourra quand même être accessoirisée à loisir. Le fait d’avoir fait en sorte que les 2 poignées celle du dessus et celle du côté soient amovible va permettre de la rendre encore plus cubique pour la customiser.

Visée et Affichage

La qualité de l’écran LCD est nettement à la hauteur, pas ou très peu d’angle de vision, l’affichage est précis on peut paramétrer comme on le souhaite les informations qui s’affichent en surimpression sur l’image. Le mode Oscillo est bien présent ce qui est bien pratique, Barry a souligné le fait qu’il faudrait qu’il puisse remplir tout l’écran au choix, bonne idée je trouve.

Le viseur bien que précis est un peu moins convaincant. Il reste efficace mais manque un peu de grossissement. La vitre de protection affleurant a l’oeilleton en caoutchouc est gênante pour les porteurs de lunettes comme Vincenç qui l’a justement fait remarquer. Nous étions tous unanimes sur le fait que le positionnement de ce viseur façon camescope de belle-mère n’était pas génial, pourquoi pas un viseur modulable qu’on puisse bouger à loisir comme sur les grosses cameras genre RED One ou ARRI Alexa ? Ce sont des petits détails qui n’empêchent pas de prendre du plaisir à l’utilisation de l’AF101.

Optiques

Pour nous tous ça a été le grand panard, quel régal de pouvoir changer d’optiques sur un petit camescope de la sorte, quel régal de ne pas avoir besoin de sortir ses filtres quand on a besoin d’aller vite pour avoir le choix de travailler avec une profondeur de champ très courte si on en a envie même en pleine lumière. Les 4 filtres ND rotatifs en voilà un truc qui est quand même super pratique. Côté optique justement j’avais amené ma collection mon vieux pentax Asahi 50mm f :1,4 . Mon pote Richard m’avait prêté un 45mm macro Leica f :2,8 micro 4/3 ainsi qu’un Leica R 19mm f :2,8.

Nous avions à disposition 2 séries Zeiss CP2 en monture micro 4/3, des zoom Olympus 4/3 14/35mm à ouverture constante f :2 qui est sans aucun doute une des plus belle optique que j’ai croisé ces derniers temps et qui permet via l’adaptateur de piloter le moteur de point et de diaph depuis le boitier de la camera. Mécaniquement la monture micro 4/3 doit supporter le poid d’une optique qui peut peser jusqu’à 1kg, après il faudra passer par des tiges et un support. Ce qui m’a frappé c’est que les optiques Lumix Panasonic destinés a la gamme G sont super efficaces car ils ont tous été « corrigés » par le traitement interne de la caméra hérité sans nul doute de la gamme pro et du fameux circuit  « CAC » qui effectue un boulot superbe correction du vignetage, des aberrations chromatiques etc.. Ainsi le 14/140 qui fait pas forcément rêver à cause de son ouverture glissante f :4/5,8 tout en étant une optique de bonne qualité a passé plus de temps que je ne l’aurais imaginé greffé sur la camera. Ya pas de doutes l’électronique du boitier communique avec les optiques et ça fait du bon boulot tout ça. Le résultat est tellement bluffant que je me suis pris au jeu de tourner plus avec les optique Lumix qu’avec les Prime Zeiss, il faut dire que c’est aussi la gestion de l’autofocus qui vu le speed du tournage m’a apporté un peu de confort. Pour vous donner un exemple les plans tournés dans la pièce de la cérémonie du thé ont été shootés avec les CP2 le 50 et le 28mm excepté le timelapse qui est tourné avec le 14mm Lumix f :2,8. La plupart du reste a été tourné avec les 14/140 le 7/14, le fameux Olympus 14/35 f :2 qui est une tuerie mais qui coute quand même 2000 euros et même le petit nouveau 14mm pancake f :2,5 ce qui donne un look assez rigolo … grosse camera mais petit cailloux, ça va pas plaire à tout le monde, c’est pas super valorisant mais qu’est ce que ça marche bien !

Bébé Varicam

Le truc énorme est que cette caméra c’est la possibilité de faire des ralentis. La AF101 mériterai de porter le label Varicam tellement c’est un régal. On peut tourner jusqu’à 1080p60 ce qui permet de faire de jolies choses quand on relit ça à 24i/s.  C’est une vraie nouveauté pour une caméra de de prix de proposer une telle fonction.

Basse lumière :

C’est tout simplement ce que Panasonic à sorti de mieux depuis longtemps, à part le très haut de gamme HPX 2100 / 2700 / 3000 / 3700 et la HPX 371 les petites cameras AVC Cam ou P2 ne sont pas des références en la matière, ça bruite habituellement assez vite et le bruit n’est pas très beau.

Ici même si le post-traitement interne reste visible c’est vraiment très bon et les 1600 iso sont vraiment utilisables. Je mets en garde le visionnage des images sur un écran d’ordinateur qui est souvent peu flatteur. Mais dans la salle de projection à Osaka c’était très bon y compris sur le BTLH 2550.

A revoir

Parlons un peu des détails qui sont moins positifs, je précise que ces critiques ont été dites aux concepteurs de la caméra qu’ils en ont pris note pour une prochaine évolution. Le truc qui m’a agacé c’est la position du bouton d’enregistrement. L’un est proche de la base du viseur, l’autre est au dessus de la poignée. Il nous a tous manqué un petit bouton rec à la base de la monture optique. J’ai tellement insisté là dessus qu’ils ont décidé de marquer Pampuri sur la touche, (je plaisante bien entendu) Malheureusement c’est trop tard le boitier est à mon avis déjà en fabrication et les derniers ajustements seront uniquement logiciels.

Panasonic nous a assuré que les caméras que nous avions à disposition étaient finalisés à 95%. L’assistance à la mise au point permettant d’afficher un contour rouge autour des zones nettes n’est pas toujours super efficace dans certaines conditions de basse lumière.

Dans les suggestions qui ont été faites pour le futur nous avons évoqué un meilleur enregistreur bien sur avec un bitrate plus élevé pour rassurer les gros diffuseurs comme la BBC. Un double enregistreur P2 / AVC intra + SD / AVC HD a été évoqué. Le prix des P2 peut paraître rebutant mais pour ceux qui cherchent la très haute qualité d’enregistrement. Laisser le choix à l’utilisateur me semble en tout les cas une très bonne idée. On pourrait utiliser par exemple les SDCard pour le doc et le reportage et le P2 pour la fiction etc.  Pourquoi pas pour une version plus haut de gamme ? Une AF201 par exemple ?

Conclusions provisoire sur le modèle de présérie

Plusieurs d’entre vous me questionne sur le cadre d’exploitation d’une telle caméra, au final, je la trouve très polyvalente cette caméra. Mis à part pour certaines application ou certains d’entre vous vont regretter un zoom motorisé avec une poignée on peut tout envisager. Documentaire, reportage, fiction, pub, clip, captation de concerts etc.

Comme la DVX 100 etait devenue la reine du court métrage pendant un temps, la HVX 200 aussi je pense que l’AF101 va faire un malheur dans ce domaine.

En conclusion la AG-AF101 est une caméra qui va sans aucun doute avoir un réel succès auprès de nombreux utilisateurs, elle va venir concurrencer les DSLR mais aussi permettre à ceux qui ne voulaient pas entendre parler du fait de tourner avec un appareil photo de passer le pas du grand capteur et leur permettre d’accéder à une image plus cinématographique. Les jeunes cinéastes vont se ruer dessus, c’est à mon avis ceux qui comme moi attendent la Scarlett qui vont certainement aussi casser leur tirelire pour l’AF101. Au final elle a tout ce dont on rêve à part peut être cette histoire de codec mais qui pour l’instant ne m’a pas gêné.

Une expérience extraordinaire

Je suis tout simplement sur un petit nuage non seulement la petite équipe s’est vite trouvée et nous avons passé un séjour agréable. Nous avions 2 stars avec nous Philippe Bloom et Barry Green qui sont à eux deux les 2 plus gros animateurs communautaire du web concernant ce sujet.

Filippo Chiesa, Vincenç Acensio et moi même avons rapidement tissé une belle complicité, c’est sans doute nos racines « latines » qui nous ont réunis et je pense qu’on sera amenés à faire d’autres choses dans le futur. Philip Bloom et Barry Green sont de grands professionnels, passionnés et j’ai aussi apprécié de les rencontrer “en vrai”.

C’est je pense un signe fort pour les utilisateurs que nous sommes que Panasonic se mette à faire ce genre d’opération, c’est une première qui mérite d’être saluée.

Qu’une société aussi importante qui fait partie des 5 plus gros constructeurs de matériel électronique au monde s’intéresse  de si près à ses utilisateurs via nos petits blogs, à nos envies à nos suggestions pour l’évolution du matériel est à mon avis une preuve de respect pour tous ceux qui travaillent avec leurs produits, je suppose que ça se fait ailleurs, mais avoir été au coeur de cette aventure restera gravé dans ma mémoire, encore une fois merci à eux, et merci à vous de vous intéresser à tout ça.

Certains pourront forcément se dire qu’on ne peut pas être objectif en se faisant inviter à passer 4 jours aux frais de la princesse à l’autre bout du monde pour faire mumuse avec une caméra encore à l’état de prototype. Détrompez vous, aucun d’entre nous n’a fait de concessions sur ce que nous avions à dire et ils ont tout écouté, tout noté, y compris quand nous n’avons pas été tendres ou que nous étions partis loin dans les délires de suggestion de perfectionnement du produits. Ingénieurs, commerciaux, responsable du design, développeur software, ils étaient tous avides de critiques, et c’est pour cela que je leur tire mon chapeau. Mais aussi pour la qualité de l’accueil.

Petite anecdote marquante, le « Papa » de l’AF 101 était avec nous hier soir pour cette dernière soirée touchante ou nous avons célébré dignement la fin de ce voyage, cet ingénieur, en pleine discussion nous a remercié de le chambouler et de lui donner des nouvelles pistes de réflexion, à tel point qu’à 1h du matin il nous confiait qu’il était déjà absorbé par la conception d’une nouvelle caméra “dans sa tête” alors que nous étions plus préoccupés par comprendre le mode d’emploi des machines de karaoké, et plutôt à discuter de savoir si on préférait le saké chaud ou froid  😉 …

J’ai rencontré une équipe étonnante, des gens généreux et passionnés. Ces personnes issues d’une culture si différente de la nôtre basée sur le respect des traditions et qui mise tout sur l’innovation m’ont touché au plus profond. Comment ne pas s’émouvoir quand le grand patron du broadcast de Panasonic monde nous prie de l’excuser de nous prendre autant de temps sur nos emplois du temps professionnels.  Bref j’ai aimé cette démarche, j’ai aimé ces gens et je ne me lasse pas de vous en faire part ici car je pense que c’est rare et précieux ce que je viens de vivre.

Mes plus sincères remerciements donc à :

Mes compagnons de l’image, Philip Bloom, Barry Green, Filippo Chiesa, Vincenç Asensio, Alexander Mayer.

L’équipe de Panasonic Broadcast France André Métérian, Guilhem Krier & Luc Barra responsable de l’AF101 pour Pansonic Europe

Spéciale dédicace à Laurent Roussel, Romain Chollet, Christophe Descloux, Nicolas Guinebretiere …

Carmen Mendoza de Panasonic Europe initiatrice de ce projet  (big up néné !)

Richard Studient de Photo Lyon Numérique, qui me suit dans tous mes délires depuis le début.

Remerciements spéciaux à toute l’équipe Japonaise de Panasonic :

Tadao Shimozuru

Tetsuo Onishi

Hideo (Harry) Yonenaga

Kunihiko Miyagi

Yamada Suenori

Koji Hirano

Neil (Noriaki) Ugo

Kanji Yoshioka

Shoichi Fuse

Paul Boyland

Pardon si j’en ai oublié.

, , ,

AF101, premières images …

De retour d’Osaka, voici les premières images que j’ai tourné avec l’AF101, c’est un prototype finalisé à 95% qui nous a été remis, en attendant un article de fond que je suis en train de finir d’écrire, ça vous donnera quelques idées de ce qu’elle a dans le ventre en terme de sensibilité.

Objectifs utilisés :

Olympus 14/35 f:2 (une tuerie et sans doute le meilleur objectif zoom disponible en monture 4/3

Panasonic Lumix : 20mm f:1,7 8mm fishseye f:3,5 14mm f:2,5

 

, , ,

Osaka jour #2 Panasonic AF 101 premiers contacts … incredible !

bon ben voilà j’ai la bête entre les mains depuis cet après midi … Comment vous dire ? Je crois que j’ai pas craqué sur un outil comme celui ci depuis longtemps. C’est sans doute le jouet le plus excitant que j’ai pu approche depuis le GH1, la RED …
Oui je ne parle pas du 5D ou des autres trucs car au final je trouve que même si l’image produite est redoutable l’ergonomie est trop chiante pour travailler. Et ben la AF101 vient combler ce manque, tout ce qu’on a rêvé d’avoir mais ce n’est pas seulement un grand capteur photo dans un camera, c’est bien plus que ça, c’est une petite Varicam cette AF101, ses capacités à gérer les ralentis du 60=>24p en 1080 c’est juste la classe. L’ergonomie pure est perfectible et c’est à ce sujet que je voulais saluer Panasonic. Vous en connaissez beaucoup vous des industriels capable de faire venir 6 personnes représentatives de la cible de leur produit, de les réunir pour leur faire essayer en profondeur leur nouvel outil dans le but de noter ce qu’ils pourraient améliorer ?

Cette après-midi j’ai halluciné, Barry Green le fondateur de DVX User a passé 1h à expliquer ce qu’il fallait changer, faire évoluer etc à un public d’une centaine de personnes, ingénieurs, techniciens, designers, commerciaux qui l’ont applaudit à la fin de son speech qui a duré une heure. Et il n’a pas hésité le Barry, droit dans ses botes il été sincère et franc. Cette démarche valait un coup de chapeau, merci mesdames messieurs pour cette invitation merci d’accepter que l’on vous critique et d’en prendre bonne note pour faire avancer vos produits.

Autre surprise du jour la plus grande partie de l’assemblage des cameras, moniteurs et projecteur professionnels est effectuée à la main ! Ca rigole pas trop dans les ateliers tous les techniciens spécialisés sont super concentrés sur leurs taches.

Bon et sinon cette camera … ben je suis vraiment agréablement surpris. Je ne pensais pas tomber sous le charme de cet outil mais je dois vous dire que j’ai été séduit. Je vous en dirait plus arpès la journée de test à Kyoto demain …

En attendant je vous laisse réfléchi sur le paradoxe de la photo … Alors vous êtes pour la grosse camera avec la petite optique ou la petite camera avec la grosse optique ?

 

Filippo Chiesa nous a concocté une nouvelle vidéo sympa … merci à toi !