, , , , , ,

DJI Copilot de LaCie, les Backup Malins sur le terrain sans ordi !

J’ai testé pas mal de “videurs de cartes” depuis que ça existe et jusqu’a présent à part les NEXTO DI je n’ai jamais été rassuré par ces engins. Quand les gens de chez LaCie m’ont demandé si je voulais bien tester leur tout nouveau DJI Copilot je me suis dit que ça valait le coup d’essayer.

Le concept est simple c’est comme un LaCie Rugged mais équipé d’un lecteur de carte SD compatible SD XC II, d’un port USB pour lui connecter d’autre supports de stockage comme un lecteur de cartes XQD, Compact Flash ou C-Fast, mais aussi le SSD d’un enregistreur Atomos par exemple.

On peut ensuite : Copier, effacer les fichiers inutiles, renommer, utiliser son téléphone comme interface et utiliser la batterie pour recharger celui ci.

Sur le papier le concept est génial mais j’ai un souvenir assez moyen du produit concurrent chez Western Digital qui m’a fait perdre du temps avec sa connexion wifi qui rend les manipulation de fichiers peu rassurants. J’avoue que j’étais assez dubitatif mais curieux de la gestion de l’interface sur le smartphone.

Après 2 mois d’utilisation sur le terrain en photo ou en video je suis très enthousiaste sur ce petit produit malin. C’est pas toujours possible de pouvoir faire des sauvegarde quand on est un peu tout seul à faire ses images, sortir un ordinateur, un disque externe sur un coin de table ou au beau milieu de la nature n’est pas toujours facile. Certains recommandent l’utilisation des doubles slots SD sur les derniers appareils pour enregistrer en miroir sur 2 cartes, je le fais parfois mais je préfère conserver ma carte SD d’un coté et avoir un backup de l’autre. Ma crainte est de me faire piquer mon matériel donc je conserve toujours les cartes SD sur moi dans une petite boite dans la poche. Je fais une 2eme sauvegarde sur le Copilot et j’ai ainsi 2 sauvegardes sur 2 supports différents, je peux meme confier le disque ou les cartes à un assistant ou tout autre personne avec moi si possible. Avec le DJI Copilot j’ai par exemple pu laisser faire des backups dans mon sac à dos pendant que je me déplaçait d’un décors à l’autre, j’ai été très agréablement surpris de faire confiance à ce petit système qui en plus n’est pas trop cher.

Bien entendu c’est utilisable pour des tournages et autre séance de photo ou je ne travaille pas avec des grosses caméras qui font du RAW en 6K avec des fichiers générés hyper lourds qui pèsent 1to de l’heure de rushs, quoi que, en prendre plusieurs peut être une solution viable. J’ai apprécié les fonctions de monitoring photo et video, bon nombre de formats de fichiers sont lisible depuis l’interface du logiciel BOSS et si ça n’est pas le cas vous pouvez le faire avec des applications comme Lightroom CC Mobile pour les RAW photo ou VLC pour la video. C’est ce qui est le plus rassurant, pouvoir voir et contrôler ce qui se passe ! Dans la liste des service proposés on peu noter un mois gratuit d’utilisation de la suite Creative Cloud d’Adobe et la garantie perte de données pendant 3 ans.

Un produit qui a retenu toute mon attention et que je recommande vivement. Vous pouvez le commander sur le site de mon partenaire ATREID

Plus d’infos sur la video sur ma chaine YouTube

,

Pourquoi j’ai choisi G-Technology

BandeauGtechC’est peut être pas passé complètement inaperçu, mais pour ceux qui ne le savent pas je viens de signer un contrat avec G-Technology pour tout ce qui concerne le stockage de mes données. Dans la plupart de mes métiers j’ai besoin de stocker et de sécuriser une grande quantité de données numériques, principalement des images, fixes ou animées. Pour ça j’ai besoin de partenaires de confiance, j’ai besoin de matériel fiable et très performant. On passe énormément de temps à sécuriser les fichiers au tournage mais aussi à livrer des fichiers à nos clients. Quoi de plus rageant une fois qu’on a fini un film de voir qu’il nous reste encore 1h de copie à  faire attendre un coursier arrivé trop tot ? Quoi de plus agaçant de devoir attendre pour tourner un plan parce que les sauvegardes des cartes ne sont pas terminées ? Quoi de plus énervant d’attendre des heures des rendus qui trainent parce que vos disques ne sont pas assez performants ? Quoi de plus traumatisant que de voir vos précieux media partir en fumée dans un crash de disque dur ? Vous l’aurez compris, je ne confierai pas mes données à n’importe quel fabricant !

Bref depuis bientôt 2 ans  j’ai choisi de faire confiance à cette marque G-Technology, après avoir été déçu d’une autre marque que je ne citerai pas, et avoir vu tomber en rade une quantité impressionnante de disques dur pourtant réputés “fiables”.  Après une catastrophe, j’ai donc mené mon enquête et constaté que bon nombre de mes confrères faisaient confiance à G-Tech dans les pays anglo saxons, je me suis dit pourquoi pas essayer ? Ca fait donc plus de 2 ans maintenant je n’achète que du G-Tech et je n’ai eu aucun souci. Pourtant je les maltraite mes disque durs, ils sont souvent sous tension des semaines entières, ils sont trimballés partout et pas toujours dans des conditions très cool. Alors quand G-Technology me demande de me faire devenir membre de leur “G-Team” forcément je me dit pourquoi pas ?

Associer mon image à une marque n’est pas une démarche qui se fait en claquant des doigts, ça fait près d’un an qu’on discute. Forcément, il faut pouvoir rester intègre et ne pas “se faire acheter”. Les raisons qui m’ont poussé à signer sont simple, j’apprécie vraiment leurs produits. Je suis même assez fan à tous les niveaux, c’est malin, c’est performant, c’est robuste … Quand on me propose en plus de faire du beta test et même, de participer à la création de nouveaux produits, quand mes potes  Cinéastes, Photographes et autres blogueurs créatifs comme Vincent Laforet et Nino Leitner ont eux aussi signé pour les mêmes conditions, je dit OK moi aussi je signe.

Vous me retrouverez donc sur le site G-Technology ici 

Pour être tout à fait transparent, le deal est simple, ils utilisent mon image et j’ai quelques disques et autres bidules G-Tech en compensation. Vous verrez donc aussi souvent ma face sur les salons sur leur stand pour parler de mon travail et de comment j’utilise leurs produits. Je garde la liberté, je ne suis pas forcé de dire quoi que ce soit que je ne pense pas, et je ne donnerai pas mon accord si les produits ne correspondaient pas à mes exigences de performance, de robustesse et de qualité.

Voici quelques photos du G-Dock en situation sur le tournage du long métrage “La femme de l’armateur” de Nicolas Boulenger