, , , , ,

DxO One, la taille d’un briquet, la puissance d’un reflex ! retour sur un an et demi d’utilisation.

J’ai eu la chance d’avoir été appelé par la société DxO pour tester leur fameuse DxO One, comme je l’avais écrit dans mon précédent article à l’annonce du produit, c’est un véritable rêve pour moi d’avoir en permanence au fond de la poche un appareil photo très performant tout en restant ultra compact et super léger. Le descriptif de ce produit ressemblait tout simplement à mon rêve, oui parce que mon iPhone est toujours au fond de ma poche mais même si sa caméra interne est plutôt bonne, elle ne me satisfait pas à 100% ni en photo, ni en video.

J’ai la DxO One depuis 1 an et demi dans ma poche et j’en suis ravi, l’équipe de DxO c’est montrée très réactive sur les différentes mises à jours du logiciel interne et de l’application iOS. Le concept était intéressant mais ce n’était pas gagné d’avance et le résultat est là, je suis séduit, non seulement la One fait ce qu’elle prétend faire mais elle le fait bien. Je n’utilise quasiment plus la caméra de mon iPhone, je m’amuse beaucoup plus, ça ouvre de nouveaux horizons.

En quelques secondes vous pouvez dégainer votre iPhone brancher la DxO One et hop l’application se lance toute seule. C’est très agréable à utiliser on se fait vite à cette nouvelle ergonomie qui est fort pratique pour aller chercher des axes audacieux. J’ai pu réaliser par exemple cette photo en plongée totale sur ma fille et mon neveu en pleine vaisselle cet été.

un axe de prise de vue improbable avec la DXO One

un axe de prise de vue improbable avec la DXO One

C’est en basse lumière que le duo formé par le capteur Exmor rétro-éclairé Sony 1 pouces et la puissance du traitement signé DxO font merveille, témoin cette image de feu d’artifice a 6400 ISO je n’ai pas vraiment fait de test poussé avec le mode “super Raw” pour le moment mais ca s’annonce au top. Même si au final on a un rendu un peu qui donne un effet de lissage prononcé, c’est assez incroyable de pouvoir faire des images en si basse lumière dans cette qualité avec un appareil aussi miniaturisé.  La qualité est impressionnante, les 20Mp du capteur Sony sont très bien exploités par le traitement de DxO.

3200iso sans corrections Shot with DxO ONE

3200iso sans corrections Shot with DxO ONE

A sa sortie, la partie vidéo reste un peu le parent pauvre de cette magnifique camera. En un an, DxO a fait énormément progresser la fonctionnalité mais souvent la camera embarquée de l’iPhone est supérieure en video. La stabilisation notamment fait cruellement défaut. Néanmoins les fonctionnalité video ont énormément évoluées durant toute cette année. Initialement bloquée en mode 30p ce qui interdisait l’utilisation de la One dans un flux de production TV en Europe ou le 25p reste la norme.  C’est résolu depuis par mise à jour du firmware, il faut dire qu’ils bossent chez DXO … L’image produite est néanmoins de bonne qualité grâce a un codec H264 dont on peut ajuster le bitrate.  Je pense qu’en vidéo aussi on a un potentiel énorme mais il faudra faire évoluer tout ça notamment sur la partie audio et la stabilisation qui reste en effet le plus gros souci sur cette camera. Imaginez ce que ça pourrait donner pour faire du live par exemple sur Facebook ou YouTube.

Shot with DxO ONE

Concernant les bémols, le premier est ergonomique, le petit capot qui protège l’écran glisse souvent et je dois m’y reprendre à plusieurs fois pour ouvrir ou ferme. Le positionnement naturel de la main sur la camera fait qu’on oublie souvent l’index devant l’objectif, il y a une bonne façon de tenir la One, et une mauvaise, le souci est que la mauvaise est celle qui est la plus instinctive 😉 un petit ergot de protection, une zone rugueuse pour poser son index limiterai ce genre de souci. Je trouve qu’elle manque parfois de réactivité, l’enregistrement et le transfert des images sur l’iPhone est parfois trop long, l’autonomie est souvent limitante, même si on peut la recharger très rapidement. DxO a récemment rajouté une fonction intéressante pour permettre d’afficher une image sur le petit écran Oled à l’arrière de la caméra, c’est peu qualitatif mais ça m’a permis de faire quelques belles images. Même si le connecteur lightning est un atout indéniable je me suis mit à rêver d’une transmission wifi, quand on voit ce que Panasonic est capable de faire avec ses Lumix et son application iOS/ Android c’était un rêve et DxO l’a fait aussi dans la dernière mise à jour majeure de cette rentrée de septembre 2016. Il est désormais possible de travailler sans avoir le connecteur branché ce qui permet des axes incroyables. A noter aussi que DxO a sorti une gamme d’accessoire très bien conçus pour pouvoir jouer avec sa camera en toutes circonstances y compris en sous marin. J’adore le systeme qui permet de fixer un pas de vis kodak sur la base de la camera et ainsi l’accrocher ou l’on veut y compris sur un selfie stick sans oublier le porte filtres.

Je viens d’équiper mon iPhone d’une coque lifeproof car je le fixe sur ma moto comme GPS du coup je ne peux plus connecter ma One, c’est un choix cornélien, la photo ou la coque renforcée ?! Le connecteur est bien accessible mais il est un peu enfoncé dans la protection, un câble de chargeur passe sans problème mais pas la One dont le connecteur est affleurant, une extension ou un systeme de ralonge du port lighning serait vraiment bienvenue quoi qu’en wifi maintenant ça fait encore la blague !

Au final elle ne me quitte plus, je l’adore, c’est un vrai appareil photo, puissant et super ludique, une proposition unique, disruptive qui permet aux photographes exigeants d’avoir la sensation de ne plus être tout nu, sans caméra (sensation qu’on a quand on sort sans son boitier préféré) J’ajoute qu’elle est plutôt robuste et supporte très bien la proximité d’objets non doux comme un trousseau de clés par exemple. Un an et demi au fond de ma poche elle est un peu patinée par le frottement du tissus mais garde un bel aspect et reste 100% fonctionnelle.

Pour moi, le premier bilan est très positif mis à part pour la vidéo, et des petits détails d’ergonomie qui vont forcément progresser, je suis vraiment impatient des prochaines évolutions de ce produit qui est au film très sexy.

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

22128596900_ce060764d2_k-1

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

Shot with DxO ONE

5 ans et presque 2 millions de visites = un grand merci !!!

Autoportrait-092014C’est l’anniversaire de pampuri.net ! et oui, ça fait 5 ans que je vous cause de cameras.

J’ai voulu marquer le coup, j’aurais pu payer mon coup mais vous êtes définitivement trop nombreux ! Depuis quelques mois (voir plus) je ne supporte plus mon blog visuellement, c’était le grand bazar, bref, il fallait que ça change. Grâce aux conseils précieux de l’incroyable Eve Dufaud qui est avant tout photographe et réalisatrice (oui je lui fait de la pub parce qu’elle a du talent et qu’elle le mérite !) j’ai pu refaire mon site, j’espère qu’il vous plaira ? Moi j’en suis assez fier, na !

Ce petit mot donc pour vous dire que je n’en ai pas encore mare, je vais continuer à vous parler de matériel et à partager avec vous mes projets, mes histoires et mes images …  Je tenais a vous remercier de votre fidélité. Si on m’avait dit il y a 5 ans que tout ça prendrait de telles proportions je n’aurais pas misé un centime ! N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si ça vous plait ou pas …

A bientôt

Emmanuel

 

,

Action Commerciale en 4K sur le RED Ray à Sundance !

C’est encore une chouette nouvelle pour Action commerciale, le TRACTOfilm signé Pascal Jaubert après avoir été sélectionné dans 21 festivals de  Meudon à Los Angeles et avoir obtenu 7 récompenses c’est une nouvelle dont je suis pas peu fier qui vient de tomber sur les téléscripteurs …

Petit rappel : Action Commerciale a été tourné et post-produit entièrement en 4K, à l’époque (tournage fin 2010) on l’a fait pour se faire plaisir, confronter un peu le savoir faire des Machineurs en étant a peu près persuadé que ça ne servirait à rien.

Il y a quelques semaine RED fabricant de caméras sur lequel j’ai misé dès le début du commencement de l’histoire a sélectionné le film qui porte le doux nom de “Licence to clean” en anglais pour son “Shot On Red film festival” c’était son 2eme passage à Los Angeles puisqu’il avait été sélectionné aussi au COLCOA l’an dernier.  Même s’il n’a pas eu de prix, le public et les équipe de RED ont vraiment apprécié le film.

Il y a quelques jours RED annonçait la livraison prochaine de son RED Ray, lecteur 4K promis depuis fort longtemps qui a la particularité d’être assez abordable (1450$) et surtout intégrant une technologie déclinée du fameux Red Code le codec fabuleux créé par le grand Graeme Nattress qui est pour moi le grand maître du codec en ce bas monde. Plus qu’un simple appareil de diffusion ce RED Ray se positionne de manière plus maline puis que RED va donc proposer un écosystème complet alant de la camera 4 ou 5K et bientôt 6K grâce au capteur “Dragon” un codec de diffusion 4K et un partenariat avec la société ODEMAX … Si vous m’avez lu jusque là vous voyez certainement ou je veux en venir, oui chers geeks lumineux notre petit court métrage frenchy fera parti du contenu de démonstration du RED Ray et sera proposé sur le système ODEMAX et les premières démonstrations organisées par RED au festival SUNDANCE. Pour ceux qui ne savent pas le système ODEMAX va permettre de proposer du contenu 4K via une distribution dématerialisée aux exploitants, producteurs, cinéphiles, leur système est basé sur ce lecteur et sur le codec RED. C’est une petite révolution car c’est aussi un gentil pied de nez au consortium DCI, inutile de vous dire que les Machineurs on déjà mis un pied dans ce système car si le DCI est une norme efficace qui a fait ses preuves depuis 10 ans que ça existe (oui le fameux DCP a été normalisé il y a 10 ans déjà) Avoir une alternative est à mon sens une chance pour le cinéma indépendant et les festivals qui n’ont pas la chance de pouvoir utiliser un projecteur DLP Cinema et un serveur DCP.

L’été 2007 j’ai sollicité le CNC pour une aide aux investissements pour ma petite boite, à l’époque je misait tout sur la technologie RED, et on m’a gentiment répondu que la RED One était je cite ” à peine meilleure qu’une HDV Sony Z1″ … en gros c’était pour la CST une belle merde et que malgré le fait que personne à part Steven Soderbergh n’avait encore tourné avec cette camera, eux pouvaient dire si c’était bien ou pas et si ça valait le coup de se positionner pour investir dans un workflow RED … C’était il y a 5 ans et aujourd’hui quand je vois que cette camera a le soutien des grand noms du cinema que sont Ridley Scott, David Fincher ou encore James Cameron … je me mare, hahaha, à peine mieux qu’une Z1 !!! RED est une société innovante et c’est ce qui m’a plu, en 2005 quand Jim Jannard et sa bande ont annoncé qu’ils allaient créer une camera 4K alors que tout le monde se gargarisait sur une HD qui était pourtant anecdotique, personne n’y croyait, certains on meme pensé que c’était un canular !

Tout ça pour vous dire que je suis fier d’avoir fait ce pari technologique, fier d’avoir produit ce film et de l’avoir fait en 4K, fier qu’il parte dans les valise de ce constructeur de Camera auquel personne ou presque ne croyait, voilà pour toute l’équipe du film c’est une belle récompense de voir que vos efforts, votre engagement, votre talent  soit récompensés de la sorte, merci à vous. Merci particulièrement à Pascaline Saillant de m’avoir confié ce joli bébé, merci à Pascal Jaubert de m’avoir fait confiance et d’avoir su créer une synergie unique et rare entre un producteur et un réalisateur … Merci aussi à la Région PACA et Chantal Fisher d’avoir soutenu ce film … et pour finir BIG UP to Jim, Ted, Graeme, Alan, Bryan, et tout ceux qui chez RED ont eu envie de mettre Action commerciale dans leur valises 4K pour le montrer à Sundance. Il n’est pas en compétition certes mais sa seule présence est symbolique.

 

 

, ,

Des nouvelles du front …

Certains d’entre vous doivent se poser la question : mais comment se fait il que l’on ai moins de nouvelles du côté de chez Pampuri. Non je n’ai pas essayé le 5DmkIII de chez Canon, Non je n’ai pas non plus parlé des chinois de chez KINERAW et de leurs 3 caméras RAW, ni de l’Alpha 99 sony ni de la FS700, ni du futur mirorless façon Canon ni de la C500, ni du GH3 Panasonic, ni de la Flea3 de chez Point Grey, sans oublier le projet de camera 4K Opensource Axiom, ni de la Blackmagic Camera, ni de la Digital Bolex depuis un moment. Ce n’est pas l’envie qui manque, mais je manque de temps. Pourtant il y aurait tant à dire. Notament aussi sur les difficultés de l’emblématique constructeur de caméra AATON qui est passé en mesure de sauvegarde depuis le début d’année. Verras t’on un jour sortir la Pénélope numérique ? On pourrait parler aussi du décollage du codec RAW Cinema DNG de chez ADOBE qui semble être de plus en plus adopté par les constructeurs qui proposent une alternative. Pourquoi donc ce silence et ces longue périodes entre deux articles ?

Tout simplement parce que j’ai besoin de me consacrer pleinement à mon métier ou plutôt mes métiers. Mes 2 casquettes de prestataire et de producteur monopolisent 100% de mon temps. Les Machineurs grandissent et c’est bien bon de sentir cette évolution au quotidien. Cette année nous aurons plusieurs longs métrages machinés chez les Machineurs qui sortiront sur les écrans.

Après “Donoma” de Djin Carrénard sorti fin 2011 ou nous avons assuré l’étalonnage, les titrages et les DCP. “Opération libertad” de Nicolas Wadimoff est sorti en suisse et en belgique il y a quelques semaine après une sélection remarquée à la Quinzaine à Cannes.  “En pays cannibale” d’Alexandre Villeret et “Macadam Baby” qui sortiront d’ici la fin de l’année. San oublier “INUK” qui a commencé sa carrière au Groenland et dont on attend une date pour la sortie en france. Je voulais dans ce post tirer un coup de chapeau à Thibaut Pétillon, Pierre-Emmanuel Samson, Arthur Paux, Paul Roumet, Alice Masera, Isabelle Le Guern, Mathilde Cuenne qui m’épaulent et sont investis a mes côté pour faire avancer cette aventure Machineurs et TRACTOfilm. en attendant voici la bande démo de notre maître étalon comme je m’amuse à l’appeler … bande démo étalonnage donc

http://vimeo.com/pampuri/review/45190880/46dae7993d J’ai a un moment pensé à chercher des solutions pour me permettre de rentabiliser mon blog et d’en faire une source de revenus pour en vivre un peu vu le temps que ça me prend mais je pense pas que ce soit le moment car pour passer cette étape ça nécessiterait d’avoir un peu moins de temps pour la pratique, hors c’est le fait d’avoir les mains dans le cambouis qui me donne cette crédibilité, c’est parce que je produis des images tournées avec ces outils que j’ai la possibilité de vous donner mon feedback. Le Pampuri’s blog ne s’arrêtera donc pas pour autant, et je vous réserve une belle surprise pour la rentrée en attendant comptez sur moi pour faire de petites interruptions dans les silences et venir vous rappeler à mon bon souvenir au travers de petites images et de nouvelles pas toujours très fraiches.

Digital Bolex D16, Black Magic Cinema Camera, Ikonoscop A-CAM … anticiper la future saturation des grands capteurs et de la profondeur de champ rikiki ?

Je vais faire un peu de provoc sans doute mais je commence à en avoir plus que raz le bol de la profondeur de champ rikiki à outrance qui a envahi nos écrans et notamment le petit écran. Les plateaux de Thalassa sur une plage magnifique ou les plans larges ne montre que tu flou avec des personnages nets ça me donne envie de vomir à force. Sans déconner c’est rigolo 5 minute mais a force on en arrive à saturer …

Donc je me dit que je vais pas être le seul, et qu’on risque de ré-équilibrer les choses avec des caméras à capteurs plus petits … Le Micro 4/3 a le vent en poupe et les future caméras Digital Bolex D16, la BlackMagic et la ACAM de chez Ikonoscop vont dans se sens. Il y a encore peu de temps en pellicule on pouvait choisir entre 16 et 35 mm, le fameux Blackswan a été tourné en S16 et on ne peut pas dire que l’esthétique de ce film soit à la ramasse bien au contraire. C’est peut etre mon esprit contradicteur qui me dicte ces mots mais je voulais vous faire partager ma réflexion.

As t’on besoin de faire systématiquement appel à ces capteurs gigantesques ?

Dois t’on en arriver à saturer des jolis bokeh ?

Vous allez voir que dans pas longtemps la pellicule va vivre un petit sursaut, on va en avoir raz le bol des Alexas et autre Epic à toutes les sauces et je serais pas surpris qu’un peu plus d’éclectisme revienne harmoniser ces tendances. En tout les cas je pense que ces caméras répondent à une demande et vont certainement permettre à de nombreux faiseurs d’images de se démarquer un peu, et de sortir du troupeau …

Et à ce moment là de la rédaction de son article le mec il se dit qu’il va mettre deux ou trois images et il file sur le site de Ikonoskop il trouve ça :

Puis ensuite il va sur le site de Digital Bolex et là il tombe sur sa photo avec ses potes, Thomas Garret, Gilles Guerraz et miss Digital Bolex alias Elle Schneider … c’est assez fun le net pour ça 😉

PS: il est bien évident que je suis au courant du fait que la profondeur de champ rikiki n’est pas uniquement le fait du grand capteur … mais c’est pas le cas de tout le monde …

,

FCPX, de la pomme, du pommier et du doute

Mon Ami Vincent AKA Vince 26 que vous connaissez surement me sollicite par Email depuis quelques jours au sujet de FCPX en particulier.

Il a posté ça : ” Quant à FCPX, t’es sur que t’as pas inséré un espace à la fin (alt+W). L’interface est pour l’instant ainsi faite que ce black se voit à peine.
Quand à l’export Viméo… J’espère qu’il corrigeront d’autres trucs avant ça 😉 Et j’ai hâte de lire ton point de vu sur ce FCPX. De mon coté, ce n’est pas l’utilisation que j’en ai eu qui m’inquiète ; au contraire, j’ai pris beaucoup de plaisir à y découvrir pleins d’astuces, de fonctions encore non exploités ; c’est plus de voir des gens comme Atreid avoir de gros doute sur l’avenir de FCPX qui m’inquiète. Et toi ?”

Salut Vince,
c’est un sujet délicat, je t’avoue que je ne sais pas quoi en penser. Mais il y a beaucoup de boulettes de faites et c’est les gros networks américains qui utilisent l’éco-système Final Cut Pro qui sont les plus inquiets. Imagine, CNN, MTV sont parmi les poids lourds qui ont fait la bascule sur du FCP. Pour l’instant chez eux le mot d’ordre est de ne pas bouger. Même TF1 Production qui dispose à plus petite échelle de 150 machines (oui je sais 150 machines c’est pas vraiment petit 😉 ) qui sont fonctionnelles mais qui ne pourront pas faire migrer du moins pour le moment. Imagine juste 150 FCP reliés sur des Xsan tournant sur des Xserve et équipés de FCServeur …. tout ce qui faisait que FCP pouvait être utilisé en environnement ultra pro est abandonné par Apple …

Comme toi et comme des milliers d’autres utilisateur (des millions ?) je suis dans le doute. Ce que je sais c’est que les fonctionnalités de FCP X sont intéressantes. Dave C. un des grands pontes de ce secteur chez Apple au niveau Européen aurait dit le sourire aux lèvres lors d’un meeting destiné aux intégrateurs et revendeurs pros que pour lui FCPX n’était pas prévu pour venir remplacer FCP7 avant 12 à 16 mois … dans ce cas là pourquoi avoir abandonné la commercialisation de la version précédente ?

Trop de signes nous montrent que les préoccupations du pommier sont ailleurs. Une des conneries qui fait frémir tout le monde moi le premier c’est ce moteur 100% RVB. Sans parler qu’a toutes les questions pertinentes que se posent tous les utilisateurs inquiets les réponses sont souvent orientés vers des plugins et des solutions dites de “tierce parties”

Mon inquiétude va plus loin, est ce que cette société qui a longtemps pour moi été pour moi une marque à défendre n’est elle pas devenue pire que son ennemi de toujours : microsoft ? … Aujourd’hui la politique ultra protectrice d’Apple et son côté big brother me gonfle ! N’oubliez pas la base messieurs, n’oubliez pas ceux qui vous soutiennent depuis de début, ceux qui étaient encore là a acheter des Mac Quadra en 1996 alors que tout le monde vous donnaient pour presque morts. N’oubliez pas les Fans, ceux qui sont prêts à rentrer en croisade contre ceux qui défendent le côté obscur !
Toute cette communauté créative, musiciens, graphistes, cinéastes, tout ceux qui ont choisi apple pour ces incroyables outils et son esprit communautaire, ne nous laissez pas tomber.

Souvenez vous de la publicité de Ridley Scott pour le Mac de 1984. Ou est passée votre âme ou est passée ce doux esprit rebelle ?

Ne peut on pas engrenger du pognon et continuer à rester fidèle à ces principes originaux ?

J’ai écrit cet article avec un macbook pro 17″ qui reste selon moi une formidable machine qui me permet de travailler et de produire du contenu. J’ai aussi un vieil iMac à la maison, 1 iPhone, 2 iPads, ma société est équipée de Mac à 99% … Mon inquiétude ne date pas d’aujourd’hui mais que faire ? Acheter un Pécé sous Windows 7 est-ce que c’est ça l’alternative ? Pour l’instant je suis faible, des “2 Steve” je préfère Jobs que Balmer mais pour combien de temps encore ?

, ,

Final Cut Pro X, après avoir révolutionné le montage non linéaire, Apple révolutionne sa révolution ;-)


Oui il est un peu pompier, mon titre mais c’est un tour de force auquel je viens d’assister.
Je me rappelle de 1999 a l’époque on n’avait le droit qu’a Avid Media Composer, LightWorks, Video Sphère, Edit et tout un tas de softs plus ou moins aboutis et plus ou moins intéressant.
Je me souvient de cette époque ou un des cadres d’une grande entreprise depuis disparue m’avait dit ces mots : Final cut ? Mais ça marchera jamais ce truc … La boite s’appelait Perfect … RIP …

Depuis c’est le succès que l’on connais avec plus de 2 millions d’utilisateurs enregistrés, et l’euphorique période ou début à laissé la place à une période de doute. C’est dur depuis un an pour beaucoup de monde, certains résistent d’autres ont succombé au charme de la concurrence, les performances d’Avid MC 5 ou Première Pro CS 5 ont convaincu certains de mes camarades de changer de camp. Las de ne voir rien arriver de satisfaisant sous le pommier. De mon côté même si le doute m’habitait, je préférais garder confiance, miser sur le fait qu’on abandonne pas sur le bord de la route 2 millions d’utilisateurs officiellement enregistré (ce qui veut dire qu’on est au moins 3x plus en content ceux qui ne veulent pas acheter leur licence !) Je me disais aussi qu’apple ne pouvait pas décevoir cette communauté et que s’ils prenaient autant de temps c’est que ça en valait la peine.
Le premier Final Cut Pro en 1999 a été un évènement majeur dans ma carrière car c’était l’aboutissement d’une quête, celle de l’autonomie technique qui me permettait de consacrer plus de temps à la création.
C’est cette petite révolution qui est aussi en train de ce passer avec les DSLR et toute ces petites caméras qui nous plaisent temps. C’est la même chose en terme de “philosophie”.

La soirée de ce soir était attendue, certains grinçaient des dents et c’étaient déjà fait une raison, d’autre piétinaient, trépignaient d’impatience. Je suis resté enthousiaste et confiant. Confiant dans la tradition de cette société qui a pour habitude de faire avancer les chose et de tout miser sur l’innovation. Présenter ça le soir du supermeet déjà, il fallait avoir une belle paire de coucougnettes car a la moindre faiblesse le public aurait sorti les tomates pourries (j’en avait emmené plein). Bref il fallait qu’ils aient vraiment confiance en ce qu’ils allaient annoncer, et je peux vous dire que j’ai pas été déçu. Même si je suis lucide et que ce n’est qu’une démonstration. On sait très bien que la réalité est souvent tout autre chose, j’ai été tout simplement ébloui.
Je faisait la comparaison avec l’iPhone, apple réinvente le téléphone et transforme nos habitudes, donne le la à tout une horde de constructeurs qui ne font de décliner le concept. Je vais me faire critiquer mais tant pis, après avoir démocratisé le montage virtuel et bouffé de grosses parts de marché, Apple réinvente le montage, oui le montage, non pas simplement l’outil de montage mais la façon de monter et l’avènement de ce nouvel outil aura forcément des conséquences sur nos métiers et j’irais même plus loin c’est ce genre d’outil qui crée des mutations professionnelles.
Au final toutes les interfaces de montage non linéaire sont quasiment identique et les fonctionnalité aussi.
Après nous avoir conforté sur le fait que toute la technologie mise en oeuvre dans Mac Os X Snow Leopard sera belle et bien utilisée (64 bits, core audio, core video, core animation, grand central etc.) c’est l’interface et les fonctionnalités de montage pur qui sont bouleversés. C’est con à dire mais j’en ai eu une petite émotion, je l’assume totalement le boulot qui a été fait est tout simplement énorme.

Alors oui on a plein de questions en tête après avoir vu une telle démo : du genre c’est bien joli tout ça mais comment on sort ? ou encore Motion, ça devient quoi ? Color is dead … realy ? et mes compressions ?

Plutôt que de rentrer dans les détails technique et vu que mon ami Jean Philippe nous a concocter un petit article sur tout ce qu’il a vu et entendu ce soir à ce niveau là je vous envoie sur l’excellent article qu’il a rédigé www.atreid.com

Merci encore à tous ceux qui se sont levé et qui nous sont suivi avec les Yaks / FCP BE et FCP MTL.
Plus qu’un long discours et meme si j’en ai raconté pas mal, je vous invite à regarder la vidéo que j’ai enregistré l’intégralité ou presque de la présentation sera disponible dans quelques heures.
Je vais découper ça en 2 parties et profiter de la rapidité de l’internet américain pour vous uploader tout ça

La première partie dure 24 minutes c’est la présentation des fonctionnalité du logiciel, la 2eme a peut près pareil, elle arrivera par la suite. Vous excuserez la médiocrité de la chose mais c’est pas facile de twitter d’une main et de filmer de l’autre tout ça avec un simple monopode coincé avec la canne de ma valise à roulette.
En direct live de Las Vegas, je vous salue les geeks …

La video sera normalement lisible vers midi heure française. La deuxieme … plus tard 😉

 

désolé il en manque un bout, merci de me faire penser de dire à Panasonic que la saleté de limitation à 30min d’enregistrement est une chianlit redoutable !

, ,

NAB J-6 … réflexions sur les tendances de cette édition 2011

 

 

 

Je m’envole dans quelques jours pour Las Vegas, grace au soutien de mon partenaire de toujours Jean Philippe Mariani de la société ATREID que j’accompagne depuis maintenant 5 ans dans cette aventure. Parce que oui le NAB c’est une aventure, le salon respecte parfaitement le gigantisme à l’américaine ces milliers de mettres carrés au service de tout ce qui fait et fera l’image de demain. Dans ce post, je ne parlerai pas de caméras ( pour une fois 😉 )

Cette année pour moi sera l’année du 4K, même si la 3D sera encore plus présente elle risque d’être quelques peut banalisée. Le 4K avec l’offensive acharnée de Texas Instrument pour upgrader les projecteurs DLP dans les salles de cinéma depuis quelques semaines. Barco vient même de lancer le “4Kfest” opération un peu mystérieuse qui sera dévoilée sur le net.

Mon point de vue est que dans l’avenir proche le 4K est au delà de la 3D une véritable solution pour créer une nouvelle attractivité au cinéma. La frontière entre le 2K et notre télévision désormais HD il ne subsiste que quelques pixels … Sony semble aussi miser à fond sur ce nouveau format qui va assez rapidement équiper les salles car un grand pourcentage des projecteurs 2K déjà installés peuvent être mis à jour. Sony étant l’un des rares constructeurs a avoir fait le choix du 4K dans un projecteur D-Cinéma il y a déjà quelques années, cette année devrait voir l’arriver d’une camera 4K.

J’avais dit que je ne parlerai pas de camera, mais c’est quand même assez drôle de constater que le 4K s’impose cette année, que ARRI avec son Alexa est positionné sur du 2K et que au moment ou Sony risque de présenter sa camera haut de gamme 4K RED vend déjà des caméras 5K depuis le mois de décembre.

C’est aussi au niveau du monitoring que les choses vont bouger, les écrans 4K sont peu nombreux pour le moment.

Ce NAB devrait être aussi celui d’un grand chambardement. Même si la pomme se réveille comme c’est supposé en nous proposant une nouvelle version “révoltionaire” de Final Cut Studio, il semble que la concurence qui a pris un peu d’avance l’an dernier ne va pas se reposer sur ses lauriers. Avid a surpris l’an dernier en validant le ProRes comme Codec dans Media Composer 5 et le support du Matrox MXO mini comme interface de sortie HD pour le monitoring. Ces derniers mois c’est le tour du AJA IO Express de se voir validé par Avid avec une version de média comp. estampillée 5.5 …

Si on suit cette logique il ne faut pas être devin pour supposer que la marque violette pourrait libéraliser les interfaces d’entrée sorties et faire comme ils ont fait pour l’audio avec le “ProTools Native” désolidariser le Hard du Soft et ne plus imposer de Hard maison serait une bonne façon de couper l’herbe sous le pied du pommier et de récupérer quelques pourcentages de part de marché.

Reste à savoir si le gens de la pomme vont se soucier ou non des professionnels. Il faut dire que la rogne est grande, la derniere mise à jour de Final Cut Studio a été perçue pour beaucoup comme un “os à ronger” et que nombreux sont ceux qui se sentent lésés. Le fossé technologique est grand désormais que ce soit AVID ou même Première pro de chez ADOBE sont nettement plus en avance techniquement. Il semble que de nombreux professionnels soient aggacés par le fait qu’Apple se soit plus concentré sur les iPhone et iPad ces derniers temps délaissant un peu le marché des pros. Abandon des serveurs, logiciels pro à la traine et peu innovants, autant dire que si on ne nous cloue pas le bec en nous sortant une solution ultra innovante on va avoir du mal a rester fidèle.

Il fut un temps ou les professionnels faisaient office de vitrine prestigieuse pour Apple puisque nous étions les seuls préconisateurs de solutions pommées auprès du grand public. Aujourd’hui c’est l’iPhone qui attire les consommateurs vers le Mac, la donne à changée, mais n’oublions pas qu’il y a 12 ans c’est à la suite d’annonces de l’arrêt du développement de AVID sur la plateforme mac qu’est né Final Cut Pro … Je suis d’un naturel optimiste et je pense que la belle surprise va arriver … Steuplé oh grand digital gourou, Oh Steve, déconne pas, ne nous laisse pas tomber ou le courroux des fans de la première heure risque d’être terrible ! 😉

Par contre là ou la pomme va nous surprendre c’est avec cette nouvelle technologie thunderbolt … un grand nombre de périphériques dédiés à nos métiers va poindre le bout de son nez, et ça c’est croustillant !

 

Réflexions sur la révolution numérique dans le cinéma.

Longtemps que je me pose des questions sur les futures évolutions de cette petite révolution que nous traversons actuellement nous les faiseurs d’images. J’ai déjà abordé le sujet à droite et à gauche et je me suis dit qu’un petit post rassemblant un peu les idées et les points de vues que je pouvais avoir sur la question pouvait être utile.

Il y a fort longtemps quand je suis sorti de l’école, j’avais déjà un comportement qui pouvait paraître étrange. En 1991, un mec qui était autant passionné par la musique, le son, la vidéo, ou la photographie, ça ne pouvait pas exister et on m’a souvent demandé de choisir, j’en fut incapable.

J’aime créer, et j’aime aussi les technologies associées à ces créations. Aujourd’hui a l’heure ou les contenus réalisés avec des Photocam ont envahi les écrans qu’ils soient grand  ou petits (même thalassa sur France 3 est tourné en DSLR) je pense que nous n’aurons plus besoin de choisir. Photographe, vidéase, cinéaste ? Peu importe, la génération qui arrive s’en fout royalement, il passent autant de temps à filmer qu’a photographier avec le même plaisir.

L’accessibilité à l’outil ne dispense pas le talent et le travail, mais cette démocratisation redistribue les cartes et les clivages liés au porte monnaie n’ont plus lieu d’exister, on peut venir d’un “milieu défavorisé” et faire du cinéma. On peut  acquérir à moindre frais des outils performants. Désormais seul le talent et le travail fera la différence.

Les constructeurs comme RED ou plus récemment, Canon ont créé des outils qui a bouleversé la donne, nous assistons à une réelle re-distribution des cartes dans le petit monde de la prise de vue. Non seulement il rassemblent photographes, vidéastes et cinéastes, mais en plus ces outils sont devenus presque accessibles, une vraie belle camera 35mm coute encore plus de 300k€ les optiques, une série de prime c’est 140k€ pour avoir de la belle qualité. Aujourd’hui une Alexa coûte 45k€ une RED One MX 25k$ Une Sony F3 15k€ une AF101 tout comme un Canon 1dMkIV et un  GH2 849€ … tous ces outils permettent de tourner des images d’une qualité encore inaccessible il y a peu de temps et cette qualité est largement suffisante pour  être projetée en salle. Certes ce n’est pas tout de la même qualité mais le fossé se resserre.

Basé sur la même révolution, celle du numérique, l’accès a la salle se démocratise grâce au numérique, le fameux fichier DCP (Digital Cinéma Package) qui va a terme remplacer la pellicule dans les salles est un formidable outil. La ou il fallait trouver pas loin de 10000€ pour une copie 35mm pour un court métrage, il en faut 10x moins en numérique.

Je ne cherche pas à faire du mal à ceux qui aiment la pellicule, je l’aime aussi et a mon avis autant elle perdurera encore de façon marginale pour la prise de vue pour les productions qui auront envie de se démarquer par son esthétisme. Autant en tant que support de diffusion, on ne peut que constater le déclin. Oui la pelloche comme on l’appelle est encore supérieure aux caméras cinéma numérique, mais pour combien de temps encore ? Si on regarde le petit monde de la photographie qui a entamé sa révolution numérique bien avant cette du cinéma on peut aisément se projeter. Mais revenons à la diffusion, il y a 9 ans (2002) la norme DCI est sortie des cartons du consortium portant le même nom, début 2009 il y avait moins de 300 écrans numériques sur le parc de 5400 écrans en France. Nous aurons atteint les 2000 écrans à la fin du premier trimestre. En 2006 les gros multiplexe des grands groupes d’exploitants faisaient de la place dans leurs cabines de projection aujourd’hui c’est les projecteurs 35mm qui s’en vont des mêmes cabines.

Là ou le bas blesse c’est qu’il n’y a plus de réel fossé technologique entre le cinéma et la télévision, la haute définition est devenue un standard et ses normes techniques sont suffisamment proches de celle du cinéma. Entre HD et 2K seuls quelques pixels séparent les 2 mondes. Un bon lecteur bluray, un bon projecteur home cinéma HD et on se retrouve à avoir une meilleure qualité à la maison que dans certaines petites salles de cinéma. C’est à mon avis par le 4K que le cinéma créera la distance qualitative qui le séparera de la HD et donc de la télévision (si on met de côté la 3D mais c’est un autre débat). Le parc de projecteur installé est en grande partie “upgradable” avec les nouvelles puces DLP 4K.

Depuis 3 ans maintenant les Machineurs, se sont positionnés sur le DCP, la route est encore longue car nous n’avons pas l’antériorité ni reconnaissance en tant que laboratoire. Certains on tenté l’aventure du DCP Machineurs et nous ont fait confiance en rentrant par la petite porte, publicités, bandes annonces, courts métrages etc. Depuis, nous avons encodé plusieurs DCP de long métrage et la qualité de notre travail a satisfait plusieurs producteurs et distributeurs qui apprécient le rapport qualité prix mais aussi la complémentarité de l’offre avec Cinego qui gère les KDM et Filmor qui s’occupe de la duplication et de l’acheminement des copies (matériel ou immatériel)

2011 est plus que jamais l’année de la numérisation du cinéma.

,

2011 une Bonne année, pleine d’images …

Salut à toutes et tous, je tenais à vous remercier et à vous souhaiter le meilleur pour cette nouvelle année qui commence. J’espère que nous pourrons partager encore plus autour de notre passion commune pour ces nouveaux outils dédiés à la capture d’images.

J’ai réalisé un petit montage des images que j’ai pu glaner ces derniers temps pendant les fêtes de fin d’année entouré me mes proches.

Tournées avec le GH2 bien entendu et le fameux mode cinéma 24p avec le non moins fameux objectif Voigtländer Nokton 25mm f:0,95. Autant vous dire tout de suite que c’est un régal, très belle optique, la bague de mise au point est sur démultipliée et elle apporte un véritable confort et une précision impressionnante mais nécessaire. En effet à pleine ouverture on est pas super fier pour faire le point. Le petit zoom numérique quand on presse la molette et qui permet de faire un point précis est le bienvenu.

J’ai refait des essais avec le mode “crop”  ça peut dépanner, mais je le trouve trop bruité vraiment, mais je suis peut être super exigeant 😉